Burkina Faso: Réhabilitation du tronçon Sakoinsé-Koudougou - Les bulldozers en action

16 Janvier 2020

D'un coût de 7 milliards FCFA, les travaux sont prévus pour durer 12 mois.Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a lancé le jeudi 16 janvier 2020, les travaux de réhabilitation du tronçon Sakoinsé-Koudougou, long de 42 km, sur la Route nationale (RN) 14. La réalisation de l'ouvrage, prévue pour 12 mois, va coûter plus de 7 milliards F CFA.

L'axe Sakoinsé-Koudougou fera peau neuve dans un an. Les travaux de sa réhabilitation ont été lancés, hier jeudi 16 janvier 2020, à Koudougou, par le chef du gouvernement, Christophe Joseph Marie Dabiré. Ils seront exécutés, 12 mois durant, par la Société des routes et des bâtiments (SOROUBAT), sous le contrôle du cabinet GERMS/CETR. D'un coût d'environ 7 milliards 400 millions FCFA, l'ouvrage est financé à 95% par la Banque Ouest africaine de développement (BOAD) et 5% par l'Etat, à travers le Fonds spécial d'entretien routier (FSR-BF).

La réhabilitation du tronçon Sakoinsé-Koudougou consiste en une mise en œuvre de la couche de fondation et de la couche de base, afin d'élargir la chaussée. Elle favorisera un recyclage sur 20 cm d'épaisseur de la chaussée existante et une réalisation d'ouvrages d'art et de signalisation routière. « C'est une reconstruction totale de la route qui sera effectuée, depuis la couche de fondation en gravelée latéritique à la couche de base en gravelée latéritique améliorée au concassé, pour lui donner une solidité et un revêtement en béton bitumineux », a expliqué le ministre des Infrastructures, Eric Wendenmanegha Bougouma. Long de 42 km, ce tronçon constitue un calvaire pour tous les usagers et les moyens de locomotion, a souligné le ministre.

Il a justifié le retard accusé pour le démarrage des travaux par le fait que le gouvernement a voulu recruter une agence de contrôle et de surveillance, afin qu'aussitôt lancés, les travaux puissent effectivement débuter. Il a exhorté l'entreprise SOROUBAT, à « aller vite et bien» afin de livrer des ouvrages de qualité dans les délais. « Tout retard et manquement nous seront signalés et nous prendrons les dispositions », a prévenu le ministre Bougouma. Le gouvernement burkinabè travaille «inlassablement » à l'amélioration des conditions de vie des populations, seul et principal engagement qui vaille la peine pour des dirigeants, foi de Eric Bougouma.

Les autorités politiques, administratives et coutumières...

« Réhabiliter l'axe Sakoinsé-Koudougou, c'est contribuer au développement de la région du Centre-Ouest. C'est aussi mettre fin à plusieurs années de calvaire », a-t-il insisté. Pour le maire de Koudougou, Maurice Mocktar Zongo, sa réhabilitation va offrir plus de sécurité et de fluidité aux usagers, évitera les longs détours et surtout va développer des activités génératrices de revenus dans les localités traversées (Sakoinsé, Poa, Ramongo). Le bourgmestre a dit attendre des ouvrages de qualité et a indiqué que les populations assureront la veille citoyenne, à cet effet. Il a également émis le souhait de voir les tronçons Yako-Koudougou et Sabou-Léo, réhabilités à leur tour, «le plus tôt possible». «Nous avons l'espoir que toutes nos peines et nos calvaires prendront fin.

Nous pourrons rouler sans crainte», a soutenu Issaka Yaméogo, un transporteur. Dans 12 mois, le temps mis pour rejoindre la capitale, Ouagadougou, sur une distance de 100 km, sera « sensiblement » réduit, de même que les pannes des véhicules, les accidents, et autres désagréments, liés au mauvais état de la route. Il a invité la population à entretenir le futur joyau qui lui sera livré.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.