Afrique Centrale: Le président angolais au Gabon avec la réforme de la CEEAC en ligne de mire

Ali Bongo a reçu jeudi 16 janvier la visite de son homologue angolais, João Lourenço. Pour cette première visite depuis son élection à la présidence angolaise, le président Lourenço semble vouloir lancer une offensive diplomatique en Afrique centrale.

Durant son séjour en terre gabonaise, João Lourenço n'a pas publiquement pris la parole. C'est son ministre des Affaires étrangères, Manuel Domingos Augusto qui a répondu aux questions de la presse.

Il a indiqué que son président est venu à Libreville pour examiner avec Ali Bongo les conditions d'application des réformes de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC).

Le 18 décembre dernier, les chefs d'État membres de la CEEAC ont décidé de réformer cette institution afin de booster l'intégration régionale qui accuse un très grand retard par rapport à d'autres régions d'Afrique.

Selon ces réformes, l'Angola sera le premier pays qui occupera le nouveau poste de président de la Commission de la CEEAC. A ce titre, Luanda a versé plusieurs milliards de francs CFA d'arriérés de cotisations statutaires pour donner l'exemple.

Durant son mandat de cinq ans, l'Angola mise sur la construction des routes inter-États et la libre circulation des biens et des personnes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.