Sahara Occidental: Le Front Polisario "surpris" par les déclarations du porte-parole de l'ONU sur Guerguerat

New York — Le Front Polisario s'est dit "surpris" par les récentes déclarations du porte-parole de l'ONU sur le rallye-raid Africa Eco Race, qui éludent la question fondamentale des violations des termes du cessez-le-feu par le Maroc.

"Le Front Polisario note, avec surprise et insatisfaction, la déclaration attribuable au porte-parole du secrétaire général de l'ONU sur le Sahara occidental en date du 11 janvier 2020 et de la déclaration faite par le porte-parole lors de sa conférence de presse en date du 13 janvier 2020" concernant la course Africa Race traversant illégalement les territoires sahraouis occupés, écrit le président sahraoui, secrétaire général du Front, Brahim Ghali, dans sa lettre transmise au SG de l'ONU.Dans une déclaration, pour le moins étonnante, le secrétariat général de l'ONU s'est dit samedi dernier "préoccupé par l'augmentation des tensions au Sahara occidental alors que le rallye-raid Africa Eco Race s'apprête à traverser El Guerguerat", a ajouté le Front Polisario.

L'ONU a jugé "important de permettre la poursuite du trafic civil et commercial régulier", alors que les termes de cessez-le-feu et de l'accord militaire N 1 interdissent toute activité civile dans cette zone tampon.M.Ghali a estimé qu'"au lieu de tenir le Maroc responsable des récentes actions agressives et déstabilisatrices, le secrétariat des Nations Unies a simplement choisi d'appeler à faire preuve de la plus grande retenue" pour permettre le déroulement de cette course.En acceptant les violations du Maroc "les Nations Unies ont malheureusement contribué à la création d'une zone de facto" dans la bande tampon qui sert de point de passage à différentes sortes de marchandises, y compris illicites comme les drogues fabriquées au Maroc, a-t-il ajouté.

Et de rappeler à l'intention de l'ONU que la brèche ouverte par le Maroc à Guerguerat n'existait pas au moment de l'entrée en vigueur de l'accord de cessez-le-feu le 6 septembre 1991 ni au moment de la signature de l'accord militaire N1 entre le Front Polisario et la Minurso le 24 décembre 1997 et entre la mission onusienne et le Maroc le 22 janvier 1998."Aucun de ces accords ne contenaient des dispositions autorisant la création de brèches ou de points de passage pour le ( trafic civil et commercial) ou pour tout autres activités le long du mur militaire marocain ", a -t-il encore rappelé.

Le président sahraoui a indiqué que cette violation "sapait le concept même et la raison d'être de la bande tampon et représentait une violation persistante de l'accord militaire n 1 ", précisant que la brèche en question constituait un foyer de tensions qui pourrait " déclencher une guerre à tout moment ".Dans le même temps, le président sahraoui a expliqué au SG de l'ONU que les récentes manifestations populaires à Guerguerat "ont été l'incarnation du mécontentement généralisé du peuple sahraoui" face à l'inaction de la Mission de l'Onu pour l'organisation du référendum au Sahara occidental (Minurso) et de l'ONU.

"Les tentatives désespérées du Maroc d'impliquer des entités étrangères pour ouvrir des soi-disant (consulats) et organiser des événements sportifs dans les territoires occupés du Sahara occidental ne sont que quelques exemples récents", a-t-il indiqué."Le Maroc joue avec le feu et commettrait une grave erreur s'il persistait à mettre à l'épreuve la patience du peuple sahraoui, déterminé plus que jamais à défendre par tous les moyens légitimes, ses droits sacro-saints et ses aspirations nationales légitimes à la liberté et à l'indépendance", a conclu le SG du Polisario.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.