Afrique: Pilule amère

17 Janvier 2020

Cinq chefs d'Etat africains* sont attendus dans la journée au Togo. Ils participeront à une conférence destinée à lutter contre le commerce de faux médicaments sur le continent et signeront samedi l"Initiative de Lomé', une ébauche d'instrument juridique panafricain censé criminaliser cette activité.

Voilà pour la théorie. Dans la pratique, le combat contre les trafiquants risque de prendre encore de nombreuses années.

Mais l'initiateur du projet, la Fondation Brazzaville, est prêt à relever le défi.

Pour mobiliser les troupes, plusieurs personnalités ont été conviées dans la capitale togolaise dont le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, et Jean-Louis Bruguière, ancien juge antiterroriste

En Afrique, de 40 à 60% des médicaments vendus sont des faux fabriqués en Asie et débarqués des conteneurs ou via des passeurs.

Le trafic de médicaments est bien moins risqué que celui de la cocaïne, mais tout aussi lucratif.

Quant aux clients, la priorité n'est pas l'origine du médicament, mais son prix. Les contrefaçons sont vendues deux à trois fois moins chères qu'en pharmacie.

La tâche s'annonce donc immense pour la Fondation Brazzaville. Son président, Jean-Yves Ollivier, souligne la nécessité d'apporter 'une réponse collective à cette crise panafricaine".

Si le Togo a été choisi pour accueillir cette conférence, c'est parce que ce pays est l'un des premiers à avoir modifié son code pénal pour criminaliser le trafic.

Le premier à avoir initié le combat contre les faux médicaments avait été l'ancien président français, Jacques Chirac, dont la Fondation s'était engagée il y a une dizaine d'années.

* Togo, Congo-Brazzaville, Ouganda, Sénégal et Gambie. En raison de la situation sécuritaire au Niger, le président Mahamadou Issoufou ne participera pas à la réunion. Le chef de l'Etat ghanéen, également absent, sera représenté par son ministre de la Santé

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.