Ile Maurice: Cap-Malheureux - Des pêcheurs à la senne opèrent illégalement

«Nous sommes témoins de pêche à la senne illégale de jour comme de nuit. Ces activités ont un impact direct sur la faune et la flore de nos lagons.» Déclaration de plusieurs habitants dans la région de Cap-Malheureux.

Ces derniers, qui ont comme preuves de nombreuses photos et vidéos, soutiennent avoir plusieurs fois sollicité l'aide de la police pour stopper le «massacre» mais que ces activités illégales continueraient de plus belle. «Auparavant, nous avons déjà essayé de passer par les autorités concernées. Mais par la suite, nous avons subi des menaces de la part de ceux qui pratiquent cette pêche à la senne.»

De renchérir que ces personnes- là ne semblent se soucier d'une manière ou d'une autre de la nature illégale de leur activité. «Même leur bateau n'a pas d'immatriculation. De ce fait, impossible de les retracer. Avec le ministère du Tourisme qui lance des projets de sensibilisation sur l'importance d'un tourisme écologique et durable, il est apparent qu'il existe un paradoxe entre ce qui est dit et ce qui est fait. D'ailleurs, ce problème n'est pas isolé, mais se répète, durant les derniers mois dans le lagon, à Cap-Malheureux.»

Patrouille

Contacté, un haut gradé de la National Coast Guard (NCG) explique que la pêche à la senne est légale uniquement du 1er mars au 30 septembre de 6 heures à 18 heures. «Mais effectivement, des personnes continuent cette pratique. Pas plus tard que dimanche, nous avons intercepté des pêcheurs à Grand-Baie.»

Outre leur patrouille, la NCG procède aussi à des opérations bien organisées. «Nous demandons à tous de nous prévenir et de porter plainte si tel est le cas dans nos lagons.»

Ceux qui ne respectent pas les lois et s'adonnent toujours à la pêche à la senne risquent une amende de Rs 2 000 à Rs 3 000. «Tous les équipements sont aussi saisis, une fois qu'on arrête ces braconniers.»

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.