Sénégal: Pour de meilleures conditions de travail et un bon traitement salarial - Les dockers battent le macadam, en février

17 Janvier 2020

Le Syndicat des ouvriers dockers des ports du Sénégal déclame leur amertume par rapport à leurs conditions de travail. Il a organisé un point de presse hier, jeudi 16 janvier 2020, à Dakar pour dénoncer la mauvaise gestion du patron de SEMPOS, le Syndicat des manutentionnaires. Aussi annonce-t-il une marche contre leurs mauvaises conditions de travail et traitement salarial inéquitable.

Lors d'une rencontre avec la presse hier, jeudi 16 janvier, des ouvriers du Port autonome de Dakar, autrement dit les dockers, ont fait part de leurs déterminations à lutter pour de meilleures conditions de travail. A travers le thème : «La lutte des dockers pour de meilleures conditions de travail et de rémunération», ces derniers exposent leur «souffrances» et les «mauvaises conditions de travail et de traitement salarial» de la part de leurs patrons et dirigeants du SEMPOS, le Syndicat des manutentionnaires, cette structure qui dirige le bureau d'embauche et la main d'œuvre.

Dans la foulée, le secrétaire général du Syndicat des ouvriers dockers, Aliou Ndoye confit que «depuis 7 ans, nous vivons avec des arriérés de salaires. Nous avons également des difficultés au tour de l'IPM, au niveau des indemnités de départ. Nous souffrons. En plus, nous avons rencontrés le Directeur général du port à deux reprise, nous avons rencontrés le Haut-conseil du dialogue social, mais jusque-là, il n'y a pas de solution», explique-t-il.

Les travailleurs du port dénoncent la situation aggravée par la non prise en charge médicale des dockers à cause des difficultés que rencontre l'IPM, difficultés liées à des rétentions de reversement des cotisations sociales. Il en est de même des prestations familiales, lance ainsi le porte-parole du jour. Et de poursuivre, face à la presse : «autant de problèmes qui sont à la base des incidents survenus le 3 septembre 2019 et ayant entrainé l'arrestation de trois collègues toujours en détention pour le seul motif d'avoir manifesté leurs ras-le-bol».

Selon lui, ces dockers ont été interpellés des éléments de la Gendarmerie de Thiong pour avoir réclamé le paiement des salaires et de meilleures conditions de travail. Le syndicat exige leur «libération, sans conditions, étant entendu que le climat social délétère est la cause des affrontements qui avaient lieu entre ceux qui acceptent de faire la sale besogne et ceux qui militent pour le respect des règles établies». Indexant davantage le président du SEMPOS et Cie, les dockers disent : «trop, c'est trop ! Nous allons décliner notre plan d'action, nous allons organiser une marche de protestation, le mois de février prochain, pour accélérer la cadence», conclut-il.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.