Seychelles: Des terres limitées et un soutien technique aux agriculteurs des Seychelles limitent la production agricole, selon un responsable

L'accès limité aux terres, le soutien technique aux agriculteurs et l'autosuffisance restent les plus grands défis des Seychelles dans le secteur agricole, a déclaré le représentant sortant de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Patrice Talla Takoukam s'est exprimé vendredi après une visite d'adieu au président Danny Faure à State House

"Les Seychelles étant un petit pays, de nombreux défis se posent en matière d'agriculture", a-t-il déclaré. "Il est important que les Seychelles allouent en permanence des terres aux agriculteurs afin qu'ils puissent produire en continu pour la population, garantissant ainsi la sécurité alimentaire."

M. Tatoukam a déclaré que l'accès aux terres n'est pas le seul problème et que "cela dépendra de si les terres sont écologiquement bonne pour l'agriculture parce que si les terres ne le sont pas, il n'y aura pas de production, donc un gaspillage d'argent".

Le représentant de la FAO a déclaré que le soutien et l'assistance techniques sont également importants pour que les agriculteurs puissent produire plus.

"Un environnement parfait est nécessaire pour permettre aux agriculteurs locaux d'accéder au marché local. Plus important encore, il est important de prendre en compte les besoins des jeunes agriculteurs et, par là, je parle de leur fournir des avantages appropriées pour qu'ils restent dans le secteur", a-t-il dit.

En juillet de l'année dernière, le Conseil des ministres a approuvé une nouvelle politique qui facilitera aux diplômés de l'Institut seychellois d'agriculture et d'horticulture l'accès à des parcelles de terres appartenant à l'État pour le développement agricole.

Les Seychelles devenant autosuffisantes dans certains domaines de l'agriculture était un autre sujet de discussion.

Patrice Talla Takoukam a rendu visite au président Danny Faure à State House. (Thomas Meriton) Photo License: CC-BY

"Le niveau des importations a un impact économique et nutritionnel sur la population. Nous pouvons réduire les importations et injecter cet argent pour développer l'agriculture, ce qui, à son tour, garantira la qualité de la production agricole. Il est beaucoup plus sûr de manger ce que vous produisez, ", a déclaré M. Takoukam.

La visite de M. Takoukam aux Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, a également été l'occasion de parler des différents projets pour lesquels la nation insulaire a reçu le soutien de la FAO.

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture soutient les Seychelles dans l'élaboration d'une politique forestière nationale. Le projet de 275 000 $ devrait être mis en œuvre sur une période de 18 mois. Il comprendra une formation, une analyse des politiques forestières et des consultations publiques.

L'année dernière, la FAO a promis une somme de 148 000 $ pour aider les Seychelles à mettre en place un système de lutte antiparasitaire pour lutter contre la chenille invasive Euproctis (chenille velue) dans le cadre d'un projet de 24 mois.

Cela comprendra du matériel de laboratoire et une assistance technique d'experts pour renforcer la capacité du personnel local à gérer le travail scientifique associé à la chenille.

Il couvrira également le coût de développement d'une base de données pour les insectes, les ravageurs et autres liés à la chenille velue et la conception de méthodes plus fortes et plus efficaces pour contrôler les populations de l'espèce.

La chenille a commencé à toucher les habitants en février 2015 lorsque les gens ont déclaré avoir développé une éruption cutanée accompagnée de démangeaisons après avoir été en contact avec l'espèce.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.