Gabon: Le PAYNCoP Gabon plaide pour la participation et l'appui des initiatives des jeunes auprès des Nations Unies

17 Janvier 2020

La Coordination Nationale du Réseau Panafricain des Jeunes pour la Culture de la Paix (PAYNCoP Gabon) a pris part, le mercredi 15 janvier 2020, à la séance de travail du Sous-secrétaire des Nations Unies, en charge des questions de paix et sécurité, Mme Bintou Keita, avec les Organisations de la Société Civile (OSC) gabonaise.

La rencontre qui intervenait en marge du 7ème Forum sur la paix, organisé à Libreville, a permis à Mme Bintou d'échanger avec les OSC gabonaises sur les questions de développement, de paix et sécurité au niveau national.

Intervenant sur la contribution des jeunes au développement et à la consolidation de la paix, le Coordonateur National du PAYNCoP Gabon a situé l'apport des jeunes à deux niveaux : la participation et l'action. Les jeunes sont une force de proposition et d'action. Malheureusement, en dépit du cadre normatif favorable à leur participation, notamment la résolution 2250 (jeunes, paix et sécurité) du Conseil de Sécurité de l'ONU, la Charte Africaine de la Jeunesse et à la Politique Nationale de la Jeunesse, leur participation reste un réel défi un niveau national.

Ils sont marginalisés et leurs besoins et aspirations ainsi que leurs avis ne sont pas pris en compte. Le taux de chômage inquiétant, la situation alarmante du système éducatif ainsi que celle du Conseil National de la Jeunesse constituent des exemples illustratifs de cette situation. Comment les jeunes vont-ils contribuer au développement du pays alors qu'ils ne sont pas associés dans tout ce qui fait ?

En outre, en marge de la participation au niveau décisionnel, les jeunes sont en action. Ils prennent des initiatives, mènent des activités multiples et variées dans différents domaines. Malheureusement, ces activités sont limitées par faute de moyens insuffisants. Nous avons donc besoins d'appui, de financements pour être plus efficace.

Dans le cadre associatif, les gabonais sont exclus de certains financements en raison du statut de notre pays (Pays à Revenus Intermédiaire) alors que cela reste une réalité théorique pour la majorité des gabonais. Dans les faits, se loger décemment, bien se former, se nourrir, se soigner et avoir un emploi décent reste un privilège au Gabon au même titre qu'au Burundi ou au Soudan, classés parmi les pays les plus pauvres au monde.

En réponse à cette réaction, la sous-secrétaire des Nations-Unies a promis de relayer ces observations à qui de droit avant d'encourager les jeunes à ne pas baisser les bras car la jeunesse c'est le présent et l'avenir du Gabon et de l'Afrique.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.