Afrique de l'Ouest: Tronçon Dakar-Tambacounda-Bamako - Près de 455 accidents routiers recenses, pour avril 2019

17 Janvier 2020

Axé sur la sécurité routière, le projet «Roadmaps to Security in Sénégal and Burkina Faso», financé par le département d'Etat américain, a livré ses résultats hier, jeudi 16 janvier 2020. L'étude révèle que le corridor Dakar-Bamako, via Tambacounda, est l'un des plus accidentogènes. Selon l'ambassadeur des Etats-Unis au Sénégal, Tulinabo Mushingi, près de 455 accidents de la circulation ont été recensés sur le tronçon Dakar-Tambacounda-Bamako, pour le mois d'avril 2019.

Près de 455 accidents de la circulation ont été recensés sur le tronçon Dakar-Tambacounda-Bamako, pour le mois d'avril 2019. Soit près de 15 accidents par jour. Ces chiffres sont révélés par l'ambassadeur des Etats-Unis au Sénégal, Tulinabo Mushingi hier, jeudi 16 janvier 2020, lors d'une rencontre de partage des résultats du projet «Roadmaps to Security in Sénégal and Burkina Faso», axé sur la sécurité routière. Ce projet, financé par le département d'Etat américain, est mis en œuvre par le consortium Partners Global, Partners West Africa Sénégal et la Fondation pour la Sécurité du Citoyen.

Il a pour objectif de «créer ou d'améliorer de façon mesurable la perception du public sur l'intégrité et l'efficacité de la Police et de la Gendarmerie en matière de sécurité routière au Sénégal et au Burkina Faso». «Nous savons tous que les routes sont utilisées non seulement pour le transport régulier mais aussi pour le trafic criminel de drogues, de produits illicites et l'émigration clandestines, qui sont des facteurs majeurs d'insécurité. C'est pour faire face à ces défis que le projet a investi dans des actions pérennes et l'appropriation par la communauté locale des initiatives pilotes, en mettant l'accent sur la promotion de réponses intégrales et inclusives et en faisant le plaidoyer, dans les politiques publiques, d'un concept élargi de la notion de sécurité routière», a expliqué l'ambassadeur des Etats-Unis au Sénégal, Tulinabo Mushingi.

Dans le cadre du projet, deux axes routiers ont été ciblés pour cette phase pilote au Sénégal. Il s'agit de Dakar-Tambacounda et Dakar-Ziguinchor du fait de leur «caractère stratégique». «Nous savons que l'axe Dakar-Tambacounda nous permet de passer par le Mali et de remonter vers le Sahel. L'axe Dakar-Ziguinchor nous permet de traverser la Gambie et d'aller vers la Guinée-Bissau. L'idée, c'était de choisir deux axes parmi les axes qui posaient le plus de problèmes en termes de concept de sécurité routière», a déclaré la directrice exécutive de l'Ong Parteners West Africa Sénégal, Adjaratou Wakha Aïdara Ndiaye.

Selon elle, «c'était une phase pilote durant deux ans et les résultats de cette première étape ont convaincu le bailleur de nous financer une deuxième phase pour le Mali et le Niger, en phase d'observation». La deuxième phase du projet consistera ainsi à «mettre l'accent sur le comportement humain à travers la sensibilisation». Il faut dire que le projet est fait en collaboration avec les leaders communautaires, les syndicats des transporteurs, les Forces de sécurité et de défense, les associations de femmes et de jeunes et les Collectivités territoriales.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.