Sénégal: Couverture et qualité de service à Matam, Thiès, Kédougou... - Les opérateurs de téléphonie mobile et La Poste invités à fournir un plan d'actions dans un mois

17 Janvier 2020

Face à la récurrente problématique de la couverture et de la qualité de service dans certaines parties du pays, notamment celles frontalières, le directeur général de l'Autorité de régulation des postes et des télécommunications, Abdoul Ly, invite les opérateurs de téléphonie mobile et La Poste à fournir un plan d'actions dans un délai d'un mois.

Dans sa volonté de permettre à tous les Sénégalais d'avoir accès partout aux services de télécommunications et de La Poste, l'Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp) a dernièrement mené des visites dans les régions de Tambacounda, Thiès, Matam et Kédougou. Au terme de ces visites de terrain, des failles ont été décelées dans la couverture et la qualité de service, mais aussi la fourniture des services postaux.

Pour trouver une solution durable à ces manquements, le directeur général de l'Artp, Abdoul Ly, a rencontré, hier, les directeurs généraux de La Poste, Sonatel, Expresso et Free. Cette rencontre a permis à l'Autorité de régulation de faire le point sur les différentes difficultés qui ont été évoquées par les populations et les autorités locales lors des Comités régionaux de développement (Crd) tenues dans les différentes zones visitées.

Dans certaines parties du pays comme Ranérou, Malhem Niani, Kouthiaba, il a été relevé une insuffisance de bureaux de Poste et de déficit de personnel dans les zones rurales de la région de Kédougou ainsi que dans certains bureaux de Matam. Sur la qualité de la couverture 2G/3G et la qualité de service des opérateurs de téléphonie, certaines localités souffrent encore. Il s'agit, entre autres, des communes de Thiénaba, Bélé, Kothiary, Dougué et d'autres contrées du pays à l'image du Parc Niokolo Koba, Kussan ou Kéniéba.

Insuffisances des investissements

De manière générale, les techniciens de l'Artp ont remarqué des problèmes de sécurité liés à l'absence de réseaux, d'acheminement des numéros d'urgence, un roaming non intentionnel, à travers le captage de réseaux étrangers.

Face à cette situation, Abdoul Ly a invité les opérateurs à fournir un plan d'actions dans un délai d'un mois. L'objectif est de «juguler les préoccupations soulevées en relation avec l'Artp et les autorités locales» et voir comment harmoniser ensemble les problèmes de qualité et de couverture. «Nous avons eu une approche collaboratrice de dialogue parce que réguler, c'est d'abord dialoguer avant d'appliquer des mesures coercitives», a-t-il indiqué.

D'après M. Ly, les problèmes de qualité de réseau et de couverture sont généralement liés à l'insuffisance des investissements des opérateurs dans ces zones. «Ce sont des plans d'investissement qui permettront de réduire ces problèmes de qualité et de couverture», a-t-il précisé. Le directeur général de l'Artp a annoncé d'autres rencontres dont le but est de faire en sorte que les Sénégalais accèdent, partout, à la communication électronique et aux services postaux.

S'exprimant au nom des opérateurs, le directeur général de Sonatel s'est félicité de l'initiative de l'Autorité de régulation des télécommunications et des postes. Car, selon Sékou Dramé, la qualité de réseau et la couverture ont toujours été une préoccupation des opérateurs engagés à servir leurs clients. «Cette démarche permet de fédérer les acteurs autour d'une cause commune. Nous sommes disposés à rester dans cette dynamique commune pour mutualiser nos efforts de couverture», a-t-il souligné.

Pour M. Dramé, il faudra aussi aller au-delà des cahiers de charges en raison du caractère «limité» de la rentabilité des investissements dans certaines zones.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.