Sénégal: DAC de Boulel - De réelles perspectives pour la commune et les populations

17 Janvier 2020

Le Domaine agricole communautaire (Dac) de Boulel, commune située dans le Département de Kaffrine, est encore à l'état de projet mais les emplois et perspectives annoncés suscitent un immense espoir chez les femmes et les jeunes de la commune.

Il y a eu plusieurs dates annonçant le démarrage du Domaine agricole communautaire (Dac) de Boulel. Jusqu'ici, aucune n'a été respectée. Papa Malick Ndour, le nouveau Coordonnateur du Programme national des domaines agricoles communautaires (Prodac), vient de donner un nouveau rendez-vous.

Suffisant pour justifier notre déplacement à Boulel, histoire de recueillir le sentiment des populations. Mieux, pour voir si elles croient encore au projet. Sur place, le sentiment est que cette commune est plus que jamais optimiste et convaincue que ce Dac promis par le Chef de l'État sera bel et bien réalisé. Leur sentiment de confiance est extraordinaire. Ici, tout le monde vous dit la même chose : «C'est juste une question de procédures, mais le projet verra le jour et changera le visage de Boulel».

Chérif Saliou Faye faisait partie de l'équipe qui a délimité les 2000 ha qui vont abriter le futur Dac entre les villages de Touba Fall, de Walkéré, de Woré et de Lanal. C'est lui qui nous reçoit dans la vaste cour de Boulel Fm, la radio municipale. «J'ai pris part à toutes les réunions consacrées au Dac», dit, d'emblée, l'enthousiaste Chérif.

En cinq minutes, il a fini de partager les contours de ce grand projet. «Quand j'ai vu la maquette pour la première fois, j'ai sursauté de joie, réalisant du coup de l'immensité du projet», lance-t-il. Chérif Saliou Faye est formel : «Aujourd'hui la pertinence ou pas du Dac n'est plus d'actualité. La seule question que tout le monde se pose, dit-il, est celle-ci : À quand le démarrage effectif du projet ? Chérif a dit vrai. Quand la nouvelle de notre présence à Boulel s'est propagée, c'est toute une foule qui a pris d'assaut la radio communautaire. Le maire absent, a envoyé son 2e adjoint Abdoulaye Ndiaye. Le Chef de village, Malick Wilane, a fait le déplacement.

Le responsable des jeunes, Souleymane Diouf, a vite rallié les lieux. Et puis il y a eu une exceptionnelle mobilisation des femmes. Elles étaient si nombreuses que l'endroit s'est révélé très petit pour les contenir. «C'est une rencontre spontanée. Et les gens sont sortis massivement, preuve de notre attachement à ce projet qui nous tient à cœur», fait savoir Aïcha Badiane, Conseillère municipale.

Assise sur une pierre, Dial Wade renchérit : «Notre plus grand souhait est de voir ce grand projet démarrer le plus vite possible». Le «Borom deuk» Malick Wilane prie lui aussi «tous les jours» pour que les choses s'accélèrent, «certain que seul le Dac» mettra fin à l'exode rural et à l'émigration clandestine. «Une fois le projet en marche, aucun jeune ne cherchera à quitter Boulel et les autres localités de la région de Kaffrine», dit le chef de village.

« Boulel, ville neuve »

En plus de créer des richesses et d'offrir des emplois aux jeunes de Boulel et de la région, le Dac, de l'avis de l'Adjoint au maire, va «radicalement» changer le visage de la commune. «Plus que des emplois et des produits frais, c'est toute une économique qui va se créer avec ce grand projet du Chef de l'État», a dit Abdoulaye Ndiaye, s'adressant aux femmes de la commune. Le responsable des jeunes, l'enseignant Souleymane Diouf, lui emboîte le pas et parle d'une renaissance de Boulel. «On doit se préparer à assumer ce nouveau statut, parce que notre commune va attirer beaucoup de monde et on parlera à ce moment de Boulel ville neuve», affirme, souriant, Souleymane. Il appelle justement les jeunes à se former pour pouvoir occuper les futurs emplois. «Le projet n'est pas que pour Boulel seulement. Si nous voulons occuper les premiers rôles, nous devons jouer la carte de l'anticipation en se formant», insiste Diouf qui conforte Khady Wilane : «Oui, c'est vrai, si ce qui est annoncé dans le projet est réalisé, Boulel sera un véritablement pôle de développement».

ABDOULAYE NDIAYE, 2ème ADJOINT AU MAIRE DE BOULEL : «Les perspectives de recettes sont énormes pour la commune»

Des produits frais seront disponibles et des emplois créés. Mais le Dac de Boulel c'est plus que cela. Il va favoriser un dynamisme économique certain dans la commune, mais aussi dans les localités environnantes. Une aubaine donc pour le petit commerce avec toutes les cantines, boutiques et autres magasins prévus. Tout cela ne fera que du bien à la commune qui en profitera pour renflouer ses caisses. «Les perspectives de recettes sont énormes», admet Abdoulaye Ndiaye, 2e Adjoint au maire de Boulel. «Aujourd'hui, la commune injecte beaucoup d'argent dans le social. Avec le Dac, nous sommes sûrs que ces montants vont sensiblement diminuer et cela nous permettra de financer nos projets de développement», explique Abdoulaye Ndiaye, qui a aussi salué toutes les infrastructures qui vont accompagner la construction du projet. «Tous les villages environnants, dit-il, auront des écoles, des pistes, routes, des structures de santé et des ouvrages hydrauliques. «Boulel sera complètement désenclavé», se réjouit le 2e Adjoint au maire.

ABOU Bâ, ADJOINT AU GOUVERNEUR EN CHARGE DES AFFAIRES ADMINISTRATIVES : «Toutes les dispositions sont prises pour accompagner le projet»

L'Adjoint au gouverneur en charge des affaires administratives promet que tout sera fait pour garantir un réel succès au projet. «Ce Dac est un projet extrêmement important pour la région. Et c'est pourquoi, nous allons tout faire pour qu'il aboutisse», a dit Abdou Ba, rappelant que le projet vise à faire de la production, mais également à créer des emplois. «Kaffrine est une zone agricole. Et ce Dac va contribuer à réduire de manière considérable le chômage des jeunes», souligne Abou Ba rappelant que toutes les dispositions sont prises pour accompagner le projet.

PAPA MALICK NDOUR, COORDONNATEUR NATIONAL DU PRODAC : «J'ai bien mesuré l'espoir des populations»

L'hypothèse de départ était de 1000 ha. Mais la motivation dont a fait montre la population a emmené le Prodac à vouloir aménager 2000 ha. Bien évidemment, cela a favorisé une redimensionnement du projet pour arriver à 11 milliards de FCfa. «Il y a une forte adhésion des populations. J'ai bien mesuré leur espoir», a indiqué Papa Malick Ndour, Coordonnateur du Prodac. Au-delà de la région de Kaffrine, ce Dac qui sera construit à Boulel et qui sera spécialisé dans la production horticole et animale va bénéficier à tout le Sénégal. «Nous allons y faire des aménagements hydro-agricoles, des forages, des pistes rurales, mais aussi de petites unités de transformations de produits», explique Papa Malick Ndour, qui dit «avoir bien travaillé avec la commune et bien communiqué» avec la population. «Les bureaux d'étude et de contrôle ont été recrutés. Et on peut dire qu'aujourd'hui que le Dac de Boulel a effectivement démarré. Et Donc en principe, il sera inauguré en 2022», assure le Coordonnateur du Prodac.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.