Ile Maurice: Chagos - Le gouvernement entend «serrer la vis» aux Britanniques

Le Premier ministre Pravind Jugnauth est en voyage officiel à Londres depuis le 10 janvier. Durant son déplacement pour participer au UK-Africa Investment Summit, le chef du gouvernement en a profité pour s'occuper du dossier Chagos. Des rencontres avec l'avocat Philippe Sands sur ce dossier étaient à l'agenda. Pour le moment, il nous revient que Maurice a dégagé une stratégie qui devra rester confidentielle le plus longtemps possible.

Mais dans les grandes lignes, les proches de ce dossier affirment que l'idée première est de «serrer la vis» aux Britanniques avec tous les moyens possibles. «Pour le moment, la priorité c'est de serrer la vis aux Britanniques. C'est pour cela que nous avons demandé qu'ils ne représentent plus les Chagos au sein de l'Indian Ocean Tuna Commission, par exemple», soutient une de nos sources.

Qu'en est-il de l'option de se tourner vers la Cour pénale internationale pour dénoncer le «crime contre l'humanité» dont sont victimes les Chagossiens depuis qu'ils ont été forcés de quitter leur archipel pour s'installer à Maurice? À cette question, la seule réponse que l'on obtiendra c'est que «l'État étudie toujours cette option». Pourquoi hésite-t-on?

«Maurice a toujours dit que si les événements passés étaient arrivés maintenant, ils seraient considérés comme un crime contre l'humanité. Nous l'avons dit officiellement. Mais devant la Cour pénale internationale, c'est un individu qui doit poursuivre un autre individu...» nous a déclaré notre source, proche de ce dossier.

Pour les Chagossiens du Groupe réfugiés Chagos (GRC), la priorité demeure le voyage promis par le Premier ministre dans l'archipel des Chagos. «Nous gardons cela comme une priorité pour 2020 mais nous avons aussi toutes les batailles juridiques qui continuent», affirme Olivier Bancoult, dirigeant du GRC.

Il cite notamment l'affaire qui sera prise à la Haute Cour de Londres en mai prochain, suivant l'avis consultatif de la Cour internationale de justice. À la suite de cet avis, Olivier Bancoult avait déposé une seconde demande de judicial review, après que la première n'a pas abouti. La toute dernière avait réussi. Il s'agissait de contester le refus des Britanniques de permettre aux Chagossiens le droit de retour dans leur archipel.

UK-Africa Investment Summit «Consolider Maurice comme plateforme d'investissement en Afrique»

Le Premier ministre veut que Maurice joue un rôle clé dans l'investissement en Afrique. Lors d'une rencontre avec Invest Africa, qui regroupe des investisseurs et hommes d'affaires de renom du continent, Pravind Jugnauth a encouragé les participants à investir à Maurice. Cette rencontre visait à préparer l'UK-Africa Investment Summit, prévu le lundi 20 janvier à Londres.

Lors de son intervention, il a fait ressortir que l'économie mauricienne est très diversifiée et offre des opportunités d'investissement dans plusieurs secteurs. Il a aussi rappelé que Maurice est en train de se positionner comme un «business hub» en Afrique. «Notre vision est de consolider notre pays comme une plateforme d'investissement en Afrique alors que le continent continue à se positionner comme la terre des possibilités et des opportunités pour les entrepreneurs et investisseurs internationaux.»

Le Premier ministre a aussi rappelé que, selon le dernier classement de la Banque mondiale sur l'«Ease of doing business», Maurice se positionne à la 13e place sur l'échiquier mondial et à la première place en Afrique. Pravind Jugnauth a également rencontré Bill Winters, Group CEO de la Chartered Standard Bank.

Les discussions ont porté sur plusieurs sujets dont la possibilité de conforter la présence de cette institution bancaire à Maurice ainsi que le développement d'un cadre durable pour le pays et d'activités liées au «treasury management».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.