Ile Maurice: Collendavelloo - «...Le goût du voyeurisme plutôt que la publication»

L'article 7 de la Declaration of Assets Act stipule que les élus ne sont pas tenus de dévoiler le montant de quatre types de leurs avoirs dont leur compte bancaire, que ce soit à Maurice ou à l'étranger. Anil Gayan, ex-ministre du Tourisme et ex-député de la circonscription n°20, Beau-Bassin-Petite-Rivière, explique que cette question d'exemption a été longuement débattue au moment où la législation al-lait passer. C'était hier soir à l'issue de la cérémonie visant à octroyer le statut de citoyenneté d'honneur de Beau-Bassin-Rose-Hill à des personnalités vivantes ou à titre posthume et conférer la médaille de la ville à des institutions engagées dans différentes sphères d'activités.

«Maurice est un petit pays», a-t-il indiqué. «Divulguer la valeur des avoirs frappés d'exemption pourrait donner lieu à toutes sortes de situations dont le vol. On ne sait jamais ce qui pourrait bien se produire. C'est la raison pour laquelle il a été observé qu'en ce qui concerne la publication des montants des biens en banque, il est possible que d'autres organismes régulateurs tels que la Financial Services Commission ou la Financial Intelligence Unit peuvent entrer en action dès qu'un mouvement d'argent suspicieux fait surface.»

Pour Ivan Collendavelloo, Premier ministre par intérim, il est important de faire une différence entre le voyeurisme et la publication des avoirs des élus. «Certaines personnes se sont laissé influencer par leur goût du voyeurisme plutôt qu'à la publication. Il est important que la population soit mise au courant de ce que possède le candidat qui est en face d'elle. La publication des avoirs dans le monde politique est une tendance mondiale démontrant ce que possèdent les députés - dans mon cas il n'y en a pas - mais également l'évolution de l'état de leurs avoirs à la fin de leur parcours politique.»

Pour sa part, Toolsiraj Benydin, ex-député, explique que toute la démarche derrière la proclamation des dispositions de la loi sur la déclaration des avoirs repose sur un souci de transparence auquel tout élu devrait souscrire. Alain Aliphon, ex-député de Beau-Bassin-Petite-Rivière, lance quant à lui : «Qu'on décide de revoir l'article 7 de la loi sur la déclaration des avoirs ou pas, cela ne me cause aucun souci. Je n'ai rien à cacher.»

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.