Congo-Brazzaville: Enseignement supérieur - Une trentaine d'étudiants congolais bénéficient d'un programme scolaire au Brésil

Les candidats sélectionnés ont reçu chacun, le 17 janvier, une lettre de présentation leur permettant d'accéder dans des universités brésiliennes cette année.

Sur trente-quatre étudiants inscrits, trente-deux ont pu obtenir des places, dont trente aux résultats préliminaires et deux aux résultats définitifs, soit un pourcentage de 94,11%. Ces derniers seront spécialisés dans divers domaines ci-après : les sciences économiques, l'obstétricie, l'ingénierie en alimentation, la médecine, la littérature, l'ingénierie électronique, l'agronomie, la gestion d'entreprise, l'ingénierie électrique, le droit, les arts visuels, l'ingénierie de pétrole, la biomédecine, l'ingénierie civile, l'architecture et l'urbanisme.

Avant la séance de remise des lettres de présentation qui s'est déroulée en présence des parents des étudiants bénéficiaires, l'ambassadeur du Brésil au Congo, Raul De Taunay, a précisé que le programme d'étude dénommé PEC-G (Programme Etudiants-convention de Graduation) concerne le premier cycle d'enseignement supérieur qui offre des formations gratuites avec une prise en charge médicale.

« Ce n'est pas un programme de bourses en tant que tel, mais plutôt une offre de formations totalement gratuites dans toutes les options pouvant satisfaire les Congolais, quel que soit le type de Baccalauréat », a précisé le diplomate brésilien.

Par ailleurs, un autre programme de deuxième et troisième cycle dénommé PEC-PG (Programme Etudiants-convention) de Post Graduation permet aux étudiants d'obtenir leurs masters ou doctorat au Brésil. Celui-ci, par contre, est un programme de bourses.

La mise à disposition de ce programme aux jeunes étudiants congolais constitue, a dit l'ambassadeur, « un témoignage d'amitié et une illustration des liens exceptionnels qui existent entre le Congo et le Brésil dans le cadre juridique de l'accord de coopération éducationnelle, culturelle, scientifique et technologique. »

De son côté, le ministre de l'Enseignement supérieur, Bruno Jean-Richard Itoua, a remercié le Brésil d'avoir offert aux jeunes congolais diplômés la diversification des programmes de formation après le bac ou la licence. Une occasion pour lui de rappeler la bonne santé des relations entre les deux pays, et de prodiguer quelques conseils aux étudiants bénéficiaires.

« Ayez foi en l'avenir de votre pays, et dans cette coopération dont vous êtes bénéficiaires, ayez conscience de la chance que vous avez eu, et du privilège que cela représente de pouvoir accéder à des formations ou des études de bonnes qualités dans des domaines aussi variés qui correspondent parfaitement aux besoins du pays », a déclaré le ministre de l'Enseignement supérieur.

« Le Congo vous octroiera la bourse. Vous aurez la bourse nationale après que vous aurez reçu des documents certifiant que vous êtes bénéficiaires de l'accès aux études au Brésil. Nous allons nous battre pour que vous ayez le premier trimestre le plus vite possible. Nous allons nous battre aussi pour les billets puisqu'ils sont à notre charge. Après, on se battra pour que la bourse soit régulière », a promis Bruno Jean-Richard Itoua.

Ainsi, Maltina Demaleine Ngoma Nzoussi, Louise Touka-Keto et Dezob DytronAuriol Florient qui ont choisi respectivement, l'administration, la médecine et la littérature ont exprimé leur satisfaction d'avoir été sélectionnés parmi une foule de demandeurs. La durée de leurs études varie selon les filières : huit ans pour certains, cinq, quatre ans pour d'autres.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.