Congo-Kinshasa: Actes de pillage sur son sol - La RDC réclamerait 23 milliards USD à l'Ouganda

Bien que la Cour internationale de justice ait demandé, en novembre 2019, à l'Ouganda et à la RDC de régler leur différend à l'amiable, la RDC aurait demandé 23 milliards de dollars à l'Ouganda, a déclaré le procureur général de l'Ouganda William Byaruhanga, le jeudi 16 janvier, à la commission des affaires juridiques et parlementaires du pays, indique le journal ougandais The Observer.

Le 13 novembre 2019, la Cour internationale de justice (CIJ), organe judiciaire principal de l'Organisation des Nations unies, a décidé de reporter les audiences publiques consacrées à la question des réparations en l'affaire des activités armées sur le territoire de la République démocratique du Congo (RDC) qui devaient se tenir du lundi 18 au vendredi 22 novembre 2019. La Cour avait pris sa décision en tenant compte de la demande conjointe formulée à cet effet par les deux pays dans une lettre en date du 9 novembre 2019.

Le procureur général de l'Ouganda, William Byaruhanga, indique le journal The Observer, a déclaré qu'il avait besoin de 24,3 milliards de shillings ougandais (près de 6 millions d'euros) pour le financement de la défense de l'Ouganda à la CIJ. Néanmoins, William Byaruhanga, indique le journal, a fait savoir que l'Ouganda a cependant offert 150 millions de dollars mais que la RDC n'a pas encore accepté le montant. Selon lui, l'Ouganda risque gros si l'affaire est renvoyée devant les tribunaux car ils pourraient rendre une lourde sentence. Selon William Byaruhanga, l'Ouganda et la RDC devraient parvenir à une conclusion sur la question en mars.

"Maintenant, le problème ici est que vous courez un risque si vous autorisez que cette affaire soit portée devant les tribunaux parce que ces derniers peuvent ne pas comprendre, par exemple, que nous sommes des voisins immédiats de la RDC comme vous le savez tous. Nous avons des problèmes communs liés à la présence des rebelles sur nos territoires respectifs. Maintenant, si vous permettez que cela aille au tribunal, vous vous exposez fondamentalement. Avec l'avènement récent du nouveau pouvoir en RDC, tout ce que je peux dire, c'est qu'il est maintenant sûr que le président de la RDC et le nôtre ont convenu de finaliser cette affaire ", a déclaré William Byaruhanga cité par The Observer.

Cependant, fait savoir le journal, le président du comité, Jacob Oboth Oboth, indique The Observer, s'est demandé si l'argent recherché était toujours nécessaire après le succès des négociations en cours entre la RDC et l'Ouganda. Le 23 juin 1999, la RDC avait déposé au greffe de la CIJ des requêtes introductives d'instance contre le Burundi, l'Ouganda et le Rwanda « en raison d'actes d'agression armée perpétrés en violation flagrante de la Charte des Nations unies et de la Charte de l' de l'Unité africaine ». Outre la cessation des actes allégués, la RDC a demandé l'obtention d'une réparation pour les actes de destruction intentionnelle et de pillage, ainsi que la restitution des biens et ressources nationales dérobés au profit des États défendeurs respectifs.

En 2005, la CIJ des Nations unies a jugé que l'Ouganda avait violé la souveraineté de la RDC et était responsable des violations des droits de l'homme commises d'août 1997 à juin 2003 par des officiers de l'armée ougandaise et leurs commandants. Le tribunal a également conclu que les soldats ougandais ont pillé les ressources naturelles du Congo, principalement du bois et de l'or, et doivent verser une compensation appropriée au gouvernement et au peuple congolais.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.