Libye: A Berlin, l'ONU appelle à éviter une guerre totale et une escalade régionale

La chancelière allemande, Angela Merkel, prend la parole à la Conférence de Berlin sur la Libye aux côtés du Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres (droite)
19 Janvier 2020

Lors de la conférence internationale sur la Libye organisée dimanche à Berlin, le chef de l'ONU a appelé les Etats et les organisations régionales « à passer de la parole aux actes » pour mettre un terme au conflit « toujours plus profond et destructeur » dans ce pays d'Afrique du Nord.

Plusieurs chefs d'Etats et d'organisations internationales, dont le Secrétaire général de l'ONU, sont dans la capitale allemande pour une raison urgente : arrêter la spirale descendante de la Libye.

Il y a un an, les Libyens - avec le soutien de la communauté internationale - prenaient des mesures pleines d'espoir pour faire avancer le pays vers une solution politique. Les parties libyennes s'étaient mises d'accord pour organiser des élections parlementaires et présidentielle avant la fin de l'année 2019.

« Ces espoirs ont été anéantis en avril », a rappelé le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, en référence à l'offensive des forces de Khalifa Haftar contre celles du gouvernement d'accord national de Fayez al-Sarraj reconnu par les Nations Unies.

Dans la capitale allemande, M. Guterres a, de nouveau, rappelé qu'il ne peut y avoir de solution militaire en Libye. « Il est maintenant temps de prendre des mesures immédiates et décisives pour empêcher une guerre civile totale », a-t-il dit, avertissant qu'un tel conflit pourrait conduire à une « division permanente » du pays et à un « cauchemar humanitaire ».

Depuis avril, le conflit autour de la capitale Tripoli a tué et blessé des milliers, dont des centaines de civils. « Le droit international humanitaire a été défié à maintes reprises », a dénoncé M. Guterres. Plus de 170.000 personnes ont été contraintes de quitter leur domicile. Plus de 220 écoles de la capitale libyenne sont fermées, privant 116.000 enfants de leur droit fondamental à l'éducation.

Les migrants et les réfugiés en territoire libyen sont piégés dans des centres de détention situés à proximité des combats qui ne les épargnent pas et « continuent de souffrir dans des conditions horribles », a souligné l'ancien Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés.

Un risque d'escalade régionale et des répercussions du conflit au Sahel

La Libye a été entraînée dans « un conflit toujours plus profond et destructeur avec un nombre croissant d'acteurs externes également impliqués », a également déploré le chef de l'ONU à Berlin, alertant que la communauté internationale est « clairement confrontée à un risque d'escalade régionale ».

Pour les voisins immédiats de la Libye - le sud de la Méditerranée et la région du Sahel en particulier - les conséquences sont frappantes et palpables avec « plus de terrorisme, plus de trafic d'êtres humains, plus de trafic de drogues, d'armes et de personnes », a rappelé M. Guterres.

« Nous ne gagnons pas la lutte contre le terrorisme sur le continent africain », a déclaré le Secrétaire général. « Il suffit de regarder le Sahel et le lac Tchad », a-t-il ajouté, en référence aux attaques meurtrières qui ont frappé le Burkina Faso, le Mali et le Niger depuis le début de l'année. « Je suis fermement convaincu que nous ne réussirons pas sans la paix et la stabilité en Libye ».

Faire cesser les violations de l'embargo sur les armes

Alors que la Libye devient le théâtre d'affrontement entre plusieurs Etats interposés, les Nations Unies ont réitéré leur appel à tous ceux qui sont « directement ou indirectement impliqués dans le conflit » à tout faire pour soutenir une cessation effective des hostilités et faire taire les armes.

« Les violations incessantes et flagrantes de l'embargo sur les armes imposé par le Conseil de sécurité doivent cesser », a martelé le Secrétaire général.

Le Communiqué de Berlin sur la Libye réitère des principes qui sont fondamentaux pour la préservation de la paix et de la sécurité internationales, tels que la souveraineté et la non-ingérence et le respect du droit international, y compris les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies. Il comprend également un mécanisme de suivi concret pour maintenir l'élan et suivre les progrès.

« Nous devons passer des mots à l'action », a souligné M. Guterres. « Notre crédibilité en tant que communauté de nations est mise à l'épreuve ».

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.