Sénégal: Alerte à la pollution à Dakar

Au Sénégal, un nouveau pic de pollution s'annonce à Dakar. Ce dimanche 19 janvier, l'atmosphère est jugée «mauvaise» par le Centre de gestion de la qualité de l'air. En cause: les vents, venus de Mauritanie, chargés de poussière qui retiennent les polluants générés par la circulation automobile.

Les autorités recommandent aux habitants fragiles, aux personnes âgées et aux enfants de ne pas s'exposer trop longtemps à l'air extérieur. Les activités physiques sont également déconseillées. Pourtant, sur le terrain, la pollution n'arrête pas les sportifs de la corniche de la capitale.

Entre l'océan et les quatre voies rapides, les machines de musculation, gratuites, sont prises d'assaut. Programme chargé pour Ngaska Loum: « J'ai fait des pompes, j'ai soulevé les poids aussi et j'ai fait les abdominaux ».

Voile de poussière et de particules

Devant le soleil se trouve un voile de poussière et de particules. Diegane Diop a fini ses exercices: « Même en courant par exemple, on sent que l'air que l'on respire, ce n'est pas de l'air frais. Mais bon, puisqu'on n'a pas le choix, on est aussi dans l'obligation d'éliminer le gras, sinon on risquera d'avoir une forme qu'on ne souhaite pas quand même ».

San, 56 ans, le doyen, a une théorie: « Ici, je vis au bord de la mer. C'est mieux parce que le vent pousse la pollution et donc ça pousse aussi la pollution vers le centre ».

« On va inhaler beaucoup plus de particules »

Pour Fatimata Mbaye, pneumologue, la pratique du sport est dangereuse dans ces conditions: « Quand on fait du sport, on augmente sa ventilation, c'est-à-dire sa capacité à prendre beaucoup plus d'air. Par conséquent, on va inhaler beaucoup plus de particules qui sont nocives pour la santé respiratoire ».

Il faudra patienter, avant de pouvoir courir sans risques. D'après les autorités, la qualité de l'air devrait s'améliorer légèrement, dès lundi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.