Guinée: Conakry - Fatoumata Lamarana Barry dénonce les violences policières

19 Janvier 2020

Les exactions faites pendant les manifestations de rue aux jeunes qui réclament l'instauration d'une véritable démocratie en Guinée, préoccupe plusieurs acteurs de la vie sociale. Rencontrée ce jeudi dans un réceptif hôtelier de la place dans la commune de Kaloum, la présidente de l'ONG, l'Union des grands amis pour le développement et la non violence en Afrique Lamarana Barry, est montée au créneau pour dénoncer ces actes ignobles que subissent les paisibles citoyens.

"Les forces de l'ordre rentrent dans les quartier ils frappent nos mamans, ils insultent nos pères. Quand les parents sont en train de pleurer tu ne peux pas réagir face aux hommes en uniforme. Quand ils prennent encore les jeunes qui sont dans les quartiers tu auras les larmes aux yeux.

Le plus souvent les bandits à grand chemin ne sont jamais attrapés. Ce sont les jeunes innocents qui sont toujours victime d'arrestation avant de leurs conduire dans les escadrons et commissariats", regrette la présidente Lamarana Barry.

Parlant de la libération des jeunes arrêtés elle n'a pas manqué de dire c'est une libération conditionné par le financement:<< ceux qui sont souvent mis aux arrêts chacun d'eux payent cinq cent milles (500.000fg), un millions(1.000.000 fg) ou deux millions (2.000.000fg),imaginer si la famille n'a rien , leur enfant incarcérés vont souffrir>>, dénonce t-elle.

Selon elle, les leaders qui organisent ces manifestations ne pensent même pas à la souffrance de ces pauvres militants qui leurs soutiennent du jour au nuit et pour toujours.

Pour conclure, elle dit : "je condamne avec fermeté ces genres de violence, je demande à l'État guinéen de rendre justice pour ses pauvres victimes.car, si c'était l'enfant d'un opposant qui était tué dans la manifestation, forcement il y aurait eu de jugement".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.