Kenya: Invasion de criquets - Le ministre de l'Agriculture à Isiolo

illustration

L'invasion de criquets sans précédent depuis 25 ans dans la Corne de l'Afrique se poursuit. Au Kenya, l'ampleur du phénomène est même inédite depuis plus de 60 ans. Critiquées par leur manque de réactivité, les autorités tentent de rassurer la population. Moins d'une semaine après sa nomination, le nouveau ministre de l'Agriculture, Peter Munya, s'est rendu dans l'une des régions les plus touchées, à Isiolo, au nord de Nairobi.

Depuis le début de la crise, le gouvernement kényan est critiqué pour sa réaction trop tardive et l'utilisation de produits inefficaces. Après son tour en avion pour assister à la pulvérisation de pesticide, Peter Munya a voulu rassurer tout le monde : « Nous faisons des progrès. Nos produits ont un impact rapide. Et nous en avons suffisamment de quantité en réserve. Nous pensons avoir un contrôle total de la situation désormais. »

Alors que certains pays voisins combattent les acridiens depuis des décennies, la dernière invasion de cette ampleur au Kenya date de 1961, sous la colonisation. Pour Peter Munya, les Kényans doivent en tirer des enseignements. « Il y a des leçons à retenir, des expériences à partager, écouter les pays qui ont plus de savoir-faire, pour être plus efficaces dans l'avenir, affirme-t-il. Nous pensons à un plan sur le long terme. Nous avons déjà des ressources pour former davantage d'équipes, dans une douzaine de comtés. En ayant bien sûr des quantités de produits stockés, avec un programme, pour qu'à la prochaine urgence, nous soyons prêts. »

La saison des criquets devrait se poursuivre deux à trois mois. Entre-temps les œufs pondus devraient éclore. « On va laisser les œufs éclore. Ils produiront des nymphes qui se transformeront en larves. Nous les viserons avant qu'elles ne puissent voler », explique Stephen Njoka, directeur de l'organisation régionale de contrôle des criquets.

On attend encore une évaluation des dégâts entraînés par l'invasion en cours. Certains craignent de graves conséquences sur les récoltes et les pâturages, jusqu'à mettre plusieurs régions en situation d'insécurité alimentaire.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.