Guinée Bissau: Présidentielle - Vers une «vérification» des résultats?

À Bissau, la Cour suprême demande une «vérification» des résultats de la présidentielle de fin décembre.

À Bissau, la Cour suprême demande une « vérification » des résultats de la présidentielle de fin décembre. La Commission nationale des élections avait annoncé vendredi des résultats présentés comme définitifs.

Selon la Commission, Umaro Sissoco Embalo a remporté le scrutin, ce que conteste Domingos Simões Pereira, le candidat du PAIGC, le parti historique. Mais dans son arrêté du 17 janvier, la Cour suprême a statué qu'une vérification au niveau national s'imposait.

L'arrêté de la Cour suprême est une réponse à une demande d'éclaircissement présentée par les avocats du perdant, Domingos Simoes Pereira.

Les juges apportent donc des précisions à leur arrêté du week-end dernier. Vendredi, la Cour suprême a appelé à « l'apuramento », littéralement une « vérification » du procès-verbal global par la Commission nationale des élections.

Concrètement, selon une source proche de la Cour suprême, il s'agit de contrôler le résultat national à partir des procès-verbaux régionaux.

Les électeurs ont le droit de savoir si les résultats correspondent à leur vote...

Dans une interview accordée à l'agence Lusa, depuis Lisbonne où il se trouve, Umaro Sissoco Embalo a estimé que la Cour suprême avait dit clairement que la Commission nationale électorale était la seule compétente pour publier les résultats de la présidentielle.

De son côté, l'ex-parti au pouvoir demande un recomptage des votes. Le Madem, le Mouvement pour l'alternance démocratique, y est opposé. Pour l'un de ses vice-présidents, l'ancien ministre des Affaires étrangères Aristides Ocante Da Siva, l'affaire « est close ».

C'est une folie. Le recomptage n'est pas prévu par la loi. Le candidat du PAIGC veut être président à tout prix. Mais il sait très bien que le recomptage n'est pas autorisé par la loi. Monsieur Simoens Pereira veut faire croire à un imbroglio entre la Commission nationale électorale et la Cour suprême.

La seule instance autorisée à se prononcer sur les résultats électoraux définitifs est la Commission nationale électorale. Aucune autre instance n'est habiletée à proclamer le vainqueur. Le PAIGC et son candidat, Domingos Simões Pereira, savent très bien que la Commission nationale des élections s'est déjà prononcée. Elle a déjà proclamé le vainqueur ! Umaro Sissoco Embalo est le président ! Il n'y a aucune ambiguïté possible. Le PAIGC fait preuve de mauvaise foi. Ce sont des mauvais perdants.

Abdu Mané, membre de la commission politique nationale du Madem

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.