Guinée: Lutte contre les MGF - Des ONG au front contre ces pratiques

19 Janvier 2020

La ministre de l'action sociale, de la promotion féminine et de l'enfance Mariam Sylla, a présidé le vendredi 17 janvier 2020 à la Bluezone de Kaloum la conférence sur les plaidoyer de sensibilisation et le renforcement des capacités des femmes et filles en vue d'accélérer l'abandon des mutilations génitales féminines en Guinée et dans le monde.

Cette rencontre est initiée par le Comité inter-africain de lutte contre les MGF-USA en partenariat avec le ROJALNU ODD en Guinée.

La première responsable du département de l'action sociale a passé l'honneur au ministre secrétaire général du gouvernement Sékou Kourouma pour livrer son discours d'ouverture de la campagne de sensibilisation pour la lutte contre les MGF.

A la tribune, l'ancien ministre de la fonction publique Sékou Kourouma a félicité tout d'abord les efforts conjugués du gouvernement et des partenaires ayant favorisé une baisse de la tendance des MGF autour de la dernière décennie soit "95% contre 97 entre 2012 et 2018 chez les femmes de 15 à 49 ans et 39% contre 39% chez les filles de 0 à 14 ans".

Il a assuré l'appui du gouvernement en particulier le département de l'action sociale pour le soutien de leur activité afin de lutter efficacement contre ce fléau des mutilations génitales féminines en Guinée.

Saran Traoré, présidente du réseau des organisations de la jeunesse africaine leaders des nation-unies pour l'atteinte des objectifs du développement durable (ROJALNU-ODD Guinée)

De son côté, Djessou Kouyaté directrice exécutive du comité inter-africain USA a fait savoir que l'objectif de leur combat est d'établir un pont entre les États Unis d'Amérique et la Guinée en créant une synergie d'actions et un partage d'expérience pour faire de cette pratique un lointain souvenir.

"Les activités de la journée d'aujourd'hui en partenariat avec le ministère de l'action sociale et ROJALNU à l'endroit des jeunes, nous conduirons à l'identification de certains défis auxquels nous ferons face.

Les recommandations de ces activités seront prises en compte par le comité inter-africain IAC-USA et ses partenaires pour mener des actions concrètes avant d'éradiquer les MGF en Guinée d'ici 2030", souligne Djessou Kouyaté.

Pour conclure, Saran Traoré présidente du réseau des organisations de la jeunesse africaine leaders des nation-unies pour l'atteinte des objectifs du développement durable (ROJALNU-ODD/Guinée), a précisé que "c'est une activité de sensibilisation sur les mutilations génitales féminines et les mariages des enfants.

Vous n'êtes pas sans savoir que la Guinée est placée comme deuxième pays qui exerce aujourd'hui cette mutilation.

Cela n'est pas honorable pour notre pays, donc beaucoup d'efforts ont été consentis tant par le gouvernement et les ONG, nous mettrons d'autres stratégies en places pour qu'en 2030, qu'on ne parle plus de MGF".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.