Madagascar: Autosuffisance alimentaire - Où est-ce qu'on en est actuellement ?

Avec un bilan mitigé, le ministère est actuellement secoué par quelques crises internes.Si l'Etat avance des informations majeures sur quelques secteurs de la vie de la Nation, comme l'enseignement supérieur et la recherche scientifique, il est toutefois plus ou moins silencieux sur la situation de l'objectif 10.000 ha de terres arables.

Si l'on se fie aux défis du pouvoir actuel, Madagascar devrait arriver à mettre en place des projets d'aménagement de terres arables, des terrains devraient être spécialement aménagés pour permettre aux paysans d'améliorer leurs rendements rizicoles. Outre cette initiative, les agriculteurs malgaches devraient bénéficier des mesures tendant à faciliter l'acquisition des terrains en question. Ce qui a pour objectif d'affranchir le pays et des millions de Malgaches de l'insuffisance alimentaire et des actions d'importation de denrées comme le riz, son aliment de base. Une initiative louable lorsque l'on sait que près de 80% de la population est rurale, et que l'agriculture se place en première place, avant l'artisanat, des secteurs les plus pourvoyeurs d'emplois. Une situation qui place le ministère en charge de l'Agriculture au cœur de la sphère de stabilisation sociale du pays. Les faits démontrent, toutefois, que la publication ou la vulgarisation d'informations concernant l'ambition étatique manque cruellement venant dudit département ministériel. « La population est dans l'expectative face à la hausse incessante des prix des denrées alimentaires. La question est d'autant plus légitime en ces débuts de saison agricole », s'est exprimé Robert A. agriculteur d'Ambohitrimanjaka. Avant de noter « le silence autour de la question fait poser des questions, étant donné que le président de la République a inscrit dans ses velirano, l'autosuffisance alimentaire via l'amélioration des rendements agricoles, surtout rizicoles via le projet d'aménagement des 10.000 Ha de terrains ».

Latent. Interrogé sur la question, un agent du ministère de tutelle (qui a préféré taire son nom de peur des représailles) fait savoir « on n'a encore rien initié sur la question relative à l'objectif des 10.000 Ha de terres arables. Côté activités, le ministère n'a pas enregistré grand-chose ». Par ailleurs, la hausse des taxes sur quelques produits agricoles comme le maïs fait actuellement parler d'elle. Notamment, sur « les mesures d'accompagnement permettant de protéger les agriculteurs ». « Il y a comme une divergence entre le discours du président et la réalité actuelle. La hausse des taxes est effective. Jusqu'ici, il n'y a pas de moyens permettant de savoir que l'Etat envisage d'appuyer les premiers acteurs de la filière maïs, à savoir les agriculteurs » déplore Robert. A. Par ailleurs, entrant toujours dans le domaine de l'agriculture, une source fiable de révéler que « quelques régions du pays encourent actuellement une menace d'invasion d'essaims ». « Des essaims de criquets sont actuellement localisés à l'Ouest du Vakinankaratra. Les campagnes d'éradication systématiques n'ont pas été menées l'année dernière. D'où la situation actuelle », rajoute notre source.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.