Ile Maurice: L'ancien avocat Prakash Boolell trouvé coupable d'escroquerie

Plus de huit ans depuis que Moojmil Dookhy demande justice. Il accusait l'avocat Prakash Boolell d'escroquerie et ce dernier avait même été radié du barreau. Ce lundi 20 janvier, il a été trouvé coupable en cour.

«Les éléments démontrant qu'il y a eu escroquerie commise par l'accusé ont été prouvés», estiment les magistrats Niroshni Ramsoondar et Raj Seebaluck de la Cour intermédiaire.

Dans son témoignage, la victime avait indiqué que Prakash Boolell lui aurait fait croire que la State Bank of Mauritius était d'accord pour lui payer Rs 12,7 millions. Ce, dans le cadre d'une réclamation contre la banque. Il a ainsi rencontré l'accusé au siège de la banque et ce dernier lui aurait même présenté un document présentant un faux-entête de la Cour suprême.

«Li ti pran dokiman ek li ti fer mwa krwar limem pé fer mo case.» Croyant que l'accord était réel, Moojmil Dookhy lui aurait remis, le 3 mai 2012, Rs 130 000 représentant soi-disant les frais d'enregistrement de la Cour. Or, «tou séki li'nn dir li'nn fer fos», déplore Moojmil Dookhy. D'autant qu'il n'avait vu aucune démarche au niveau du judiciaire, aboutir.

Plaidant non-coupable devant le double-bench, Prakash Boolell avait saisi la Cour suprême, réclamant un arrêt des procédures juste avant l'énoncé du jugement. Sauf que le chef juge, Eddy Balancy a rejeté en ce 20 janvier, sa demande tout en réclamant qu'il se rende en cour intermédiaire pour prendre connaissance de la décision des deux magistrats.

Ayant mené le procès sans l'intervention d'un homme de loi, Prakash Boolell va devoir présenter son réquisitoire lui-même le 27 janvier et l'accusation est quant à elle, représentée par Me Denis Mootoo.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.