Congo-Brazzaville: Nouvelles technologies - L'ARPCE s'explique sur la coupure d'Internet

Suite à l'interruption brutale, le 16 janvier, de la fourniture d'Internet sur le territoire national, l'Agence de régulation des postes et communications électroniques (ARPCE) a donné un point de presse pour fixer l'opinion sur les raisons de cette rupture de connexion.

En présence des techniciens des deux principaux opérateurs de téléphonie mobile qui opèrent au Congo et de ceux de Congo-télécom, le directeur général de l'ARPCE, Yves Castanou, a éclairci la population sur ce "désagrément sans précédent", ayant entrainé le dysfonctionnement au sein des administrations publiques et privées ainsi que dans la masse populaire.

Le régulateur a fait savoir que la situation ne concerne pas seulement le Congo. D'après les premières informations en sa possession, il s'est agi du principal câble wacs sous-marin qui a été endommagé depuis Londres en Grande Bretagne, pour des raisons jusque-là encore inconnues.

Des bateaux spécialisés, a précisé le directeur de l'ARPCE, seront déployés afin de déceler qu'est-ce qu'il en est exactement, avant d'entamer des réparations qui pourront durer trois à quatre semaines.

« Ce qui est arrivé jeudi, c'est quelque chose d'extrêmement inhabituel. Il s'agit du principal câble sous-marin qui relie l'Afrique du sud à Londres qui s'est coupé. On parle aussi de coupure du câble au Cameroun et au Nigeria », a précisé Yves Castanou.

En dehors du Congo, a-t-il précisé, l'impact de cette coupure brutale d'Internet a atteint tous les pays de la Côte Ouest, notamment le Benin, le Nigeria, la Côte d'Ivoire, le Cameroun, la République démocratique du Congo, le Gabon, la Guinée Bissau, le Mozambique et bien d'autres.

Au Congo, cette catastrophe technologique a touché le trafic international et quelques services locaux, entre autres, l'Internet et Mobile money. Pour l'heure, a-t-il poursuivi, les services habilités ont trouvé des voies de contournement et ont pu rétablir la connexion internet. Selon le régulateur, c'est le service Mobile Money qui reste à rétablir, étant donné que "l'opérateur héberge ses services en dehors du Congo".

Dès que la situation est reglée, l'Internet sera retabli, a conclu le directeur général de l'ARPCE.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.