Cameroun: RDPC-PCRN - La bataille de Kribi

A quelques jours du lancement de la campagne électorale, les deux partis en compétition dans la cité balnéaire ne cessent de multiplier les concertations.

Le jour et la nuit n'existent plus chez les cadres du RDPC et du PCRN à Kribi. Chaque formation politique multiplie des réunions. Il est alors question d'arrêter les stratégies de « frappe ».

La ville, pour la première fois, a deux partis politiques en compétition pour les municipales. Que ce soit à Kribi I ou à Kribi II, le sommeil a quitté les yeux des candidats et des autres leaders de ces deux partis.

Le chef de la délégation permanente du Comité central du RDPC dans l'Océan, le ministre Jules Doret Ndongo, à chaque rencontre, demande à ses camarades de mouiller le maillot. « Nous sommes les meilleurs et nous devons encore le prouver », fait-il savoir.

Pour une victoire éclatante du RDPC au double scrutin du 9 février prochain, le ministre annonce des descentes sur le terrain. Le but étant d'aplanir certains malentendus nés des opérations d'investiture.

A l'état-major du PCRN, c'est la sérénité. Clément Roger Brice Mahailet, tête de liste à Kribi I, déclare qu'ils n'ont pas peur de leurs adversaires politiques. « C'est une grande première. Le PCRN est le premier parti à affronter le RDPC à Kribi. Pour nous, c'est déjà un grand pas. Et sur le terrain, nous aurons des arguments », soutient-il.

Les deux partis sont donc en phase d'observation. Chacun refuse de dévoiler son plan officiel. La seule phrase prononcée par les deux camps c'est : « Nous nous connaissons ». Ca va donc « chauffer » à Kribi. L'électorat qui connaît bien tous les candidats, n'attend que la campagne pour mieux faire son choix.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.