Burkina Faso: Rentrée fiscale 2020 - La DGI veut miser sur la qualité du service rendu

20 Janvier 2020

La Direction générale des impôts (DGI) a animé une conférence de presse, dans la matinée du vendredi 17 janvier 2020, à Bobo-Dioulasso. Cette conférence a marqué également le lancement de la 5e rentrée fiscale.

La moisson a été bonne pour les services des impôts au cours de l'année 2019. C'est l'une des informations phares à retenir de la conférence de presse tenue par la Direction générale des impôts (DGI), le vendredi 17 janvier 2020, à Bobo-Dioulasso.

C'était dans le cadre du lancement de la 5e rentrée fiscale qui s'est tenue sous le thème : « Amélioration de la qualité du service au contribuable pour une mobilisation optimale des recettes fiscales intérieures ».

Bien que l'année écoulée ait été « éprouvante » pour les finances publiques, la DGI, selon le Directeur général (DG) Moumouni Lougué, a su prendre des mesures qui ont permis de réaliser des résultats forts appréciables.

Sur une prévision de 869 milliards FCFA, a-t-il étalé, la DGI en a recouvré 844, soit un taux de réalisation de 97,19%.

Comparativement à 2018, la mobilisation fiscale a connu un accroissement de 121 milliards FCFA. Ces exploits, le DG les met au compte de l'ensemble des agents des impôts, et du contribuable. Un contribuable, a-t-il dit, qui a fait preuve de patriotisme et de civisme fiscale.

A se fier au propos du DG, 2020 sera une année de grands défis pour les services des impôts. 966,87 milliards devront être recouvrés, soit 51,02% des prévisions de ressources propres du budget de l'Etat pour 2020.

« La DGI doit recouvrer 97,37 milliards de plus qu'en 2019 » a-t-il annoncé. Pour relever ces défis, la DGI veut surtout miser sur la qualité du service rendu, et le choix du thème de la présente rentrée fiscale en dit long sur cet engagement. Ainsi, à en croire les conférenciers, les usagers des services des impôts devront s'attendre prochainement à des actions fortes.

Ces actions sont entre autres, la réduction des délais de délivrance des titres de jouissance, la poursuite de la digitalisation des procédures, et le renforcement de la communication sur les textes fiscaux et les procédures fiscales.

Que fera la DGI face au défi sécuritaire ? A cette question des journalistes, les conférenciers ont répliqué qu'en plus de la digitalisation, un nouvel organigramme est en cours d'élaboration pour permettre plus de résilience à la DGI.

Le sujet sur l'Impôt unique sur les salaires et traitements, qui a été élargi aux indemnités et aux primes dans le public, est aussi revenu au cours de la conférence.

Les hommes des médias ont voulu savoir si la DGI ne craignait pas que cette taxe, qui n'a pas l'adhésion de tous, n'entache ses prévisions.

Tout en souhaitant que tout se passe bien, M. Lougué et ses collaborateurs ont fait savoir que la DGI ne fait qu'appliquer une décision du gouvernement. Mieux, ont-ils affirmé, concernant l'IUTS, la loi de finances 2020 est venue adoucir celle de 2017.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.