Ile Maurice: Accident de Mare-d'Albert - «La moto a quitté sa voie... »

Cet accident a plongé Mahébourg en émoi dimanche 19 janvier. Mari et femme ont trouvé la mort alors qu'ils se trouvaient à moto à Mare d'Albert. Ils ont été percutés par une fourgonnette. Le chauffeur, un habitantd e Rose-Belle âgé de 43 ans, ne s'est pas arrêté mais s'est rendu au poste de police de Rose-Belle peu après.

Aux policiers, il a expliqué que le motocycliste a quitté sa voie et serait rentré en collision avec son véhicule. Il a été soumis à un alcotest qui s'est révélé négatif.

L'homme a comparu devant la justice, pour homicide involontaire, hier matin, lundi 20 janvier.

Les funérailles du couple auront pour leur part lieu ce mardi. Ils laissent derrière eux une petite fille de 10 ans. Le couple disparu, qui était très soudé, laisse derrière lui une fillette de 10 ans. Les grands-parents et les proches de la petite orpheline affirment qu'ils feront tout pour l'encadrer au maximum. La petite habite chez ses grands-parents durant les jours de semaine, étant scolarisée dans une école primaire, à Mahébourg. Les week- ends et les vacances scolaires, elle rentrait chez elle, à Plaine-Magnien.

Lerveen Ramlagan, plus connu comme Robin, 31 ans, et son épouse Jenita Ramlagan, née Nepaulsing, 28 ans (photo), revenaient à motocyclette de la maison d'un ami et rentraient chez eux, à Plaine-Magnien, après avoir regardé le match entre Liverpool et Manchester United.

«Monn gagn enn sok terib aswar. Plito mwa ki ti alé dan zot plas», confie le père de Lerveen Ramlagan, Raj. Il raconte qu'il a reçu un appel de la police, lui demandant de venir au poste de Plaine-Magnien. «Le policier me demandait si Robin Ramlagan était bien mon fils, s'il possédait bien une moto, avec telle plaque d'immatriculation. Il m'a demandé si je pouvais venir au poste de police car il y a eu un problème.» Le quinquagénaire a dit au policier qu'il ne pouvait pas venir car il n'avait pas de moyen de transport. On lui a dit que la police ferait le nécessaire pour faire une fourgonnette venir le récupérer. Trouvant tout cela étrange, Raj Ramlagan décide de se rendre à Plaine-Magnien, à bicyclette.

C'est là que les policiers lui apprennent la triste nouvelle. «Mo santi mwa drol, mo pa bien enn kou. Les policiers se sont occupés de moi, me faisant m'asseoir.» Il raconte que les policiers l'ont ensuite raccompagné chez lui et ont mis sa bicyclette dans le caisson d'une fourgonnette. Lorsque Raj Ramlagan arrive chez lui, ses frères lui apprennent qu'ils ont non seulement perdu Robin mais aussi son épouse, Jenita Ramlagan, qui se trouvait à moto avec lui.

«J'étais très proche de ma belle-fille. Je la considérais comme ma fille. C'est une perte énorme pour nous tous», soupire Raj Ramlagan.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.