Congo-Kinshasa: Les médecins en grève pour l'amélioration de leurs salaires

Les médecins membres du syndicat national la Synamed ont enclenché un mouvement de grève partiel dans les hôpitaux publics en RDC depuis ce lundi 20 janvier.

Seul un service minimum est maintenu en attendant l'issue des négociations qui vont commencer ce mardi et durer cinq jours. Les médecins exigent l'amélioration de leurs salaires.

Pavillon 4 de l'hôpital général de Kinshasa, c'est le service des urgences. Comme d'habitude, les couloirs sont bondés. Les aides malades attendent et font ce qu'on appelle ici le suivi de leurs proches.

Pas de consultations externes

Cependant, à l'hôpital général de Référence de Kinshasa, comme dans beaucoup d'autres structures médicales publiques, le travail se limitait ce lundi à ces seules tâches : urgence, banques de sang et traitement des malades déjà hospitalisés.

C'est le service minimum. Pas des consultations externes. Les médecins attendent que leurs revendications soient prises en compte.

« Nous attendons des nominations selon le statut spécifique des médecins, des nominations essentiellement pour les catégories les plus anciennes.

Dans le décret portant statut spécifique d'un médecin, on parle bien de la rémunération des médecins et les différentes rubriques qui concernent cette rémunération », estime le docteur Senga Lwamba, secrétaire général intérimaire du Synamed.

Décisions concrètes attendues

Et le Synamed attend des décisions concrètes de la part du gouvernement avant de lever la mesure de grève : « Si le gouvernement avait répondu très rapidement à notre cri de détresse comme je l'ai dit, je pense qu'on n'en serait pas arrivé à débrayer. »

Les syndicalistes sont également contre la durée de l'atelier convoqué par le gouvernement. Pour eux, cinq jours, c'est beaucoup.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.