Congo-Kinshasa: UNIKIN - Le MIEC/RDC formule des recommandations, le Gouvernement conditionne

Après l'arrêt des activités académiques et le déguerpissement des étudiants des homes suite aux incidents malheureux survenus à l'Université de Kinshasa du 6 au 7 janvier dernier, il est temps pour chacun de mettre de l'eau dans son vin en vue de trouver des solutions pour le retour d' un climat de paix et d'harmonie au sein de cet alma mater, selon le Mouvement international des étudiants catholiques (MIEC/RDC), qui sollicite un tête-à- tête avec le gouvernement.

Dans une déclaration récente au Centre d'études pour l'action sociale (CEPAS), le président du MIEC/RDC a adressé quelques recommandations au gouvernement de la République en vue de favoriser un climat harmonieux de paix au sein de l'Université de Kinshasa.

Il s'agit d'identifier et de réhabiliter les étudiants logés légalement par l'Université dans un délai raisonnable, pour éviter de perturber le calendrier académique et d'améliorer les conditions d'études et des infrastructures universitaires en tenant les états généraux de l'enseignement supérieur et universitaire.

S'agissant des actes de vandalisme, le MIEC/RDC suggère d'enquêter sur les faits déplorables commis et de publier les résultats afin que les coupables répondent de leurs actes.

Quant à la situation financière des professeurs, le MIEC recommande au gouvernement d'améliorer la rémunération des professeurs, de faire l'audit de la gestion de l'Université de Kinshasa.

Normalement, ces recommandations entrent dans la logique de sa vision première, celle de l'évangélisation et de la promotion des valeurs chrétiennes universelles.

Réhabilitation des Homes, condition sine qua non...

Ayant constaté, lors d'une visite circonstanciée, l'état de délabrement très avancé des installations de l'Université de Kinshasa notamment, les Homes et autres installations saccagées par les étudiants en colère, Thomas Luhaka Losendjola, ministre de tutelle, a fait savoir que le retour des étudiants serait conditionné à leur réhabilitation.

Il a, en outre, indiqué que pour cette année académique 2019-2020, les frais d'études ne seront pas revus à la baisse à l'Université de Kinshasa, conformément à la décision du Gouvernement issue de la 17ème réunion des ministres du vendredi 10 janvier dernier.

Par contre, seuls, les frais connexes seront de manière consensuelle, si nécessaires au fonctionnement minimum des institutions publiques par un groupe de cinq membres du Conseil des partenaires, à savoir, le Comité de gestion, l'Association des professeurs, l'Association des scientifiques, l'association du personnel administratif et technique et la coordination estudiantine.

Pour rappel, les frais académiques pour l'année 2019-2020 étaient fixés à 485.000 Francs congolais pour les classes montantes et 490.000 pour les classes de recrutement. Et, à cause de ces montants jugés exorbitants, les étudiants sont passés aux actes qui ont poussé le gouvernement à fermer les portes de l'Unikin jusqu'à nouvel ordre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.