Tunisie: Le verdict de Kaïs Saïed est tombé - Elyes Fakhfakh chargé de former le nouveau gouvernement

21 Janvier 2020

Le président de la République, Kaïs Saïed, a désigné, hier, l'ancien ministre du Tourisme et des Finances, Elyes Fakhfakh pour former le prochain gouvernement. En effet, le choix du chef de l'Etat s'est finalement porté sur le profil économique de Elyes Fakhfakh qui aura désormais la mission de former le prochain gouvernement. Il dispose, pour cela, d'un mois à compter d'hier, lundi 20 janvier 2020.

Né à Tunis en 1972, il est ingénieur de formation, il a une longue expérience internationale dans de grands groupes locaux et internationaux. Il a obtenu le diplôme d'ingénierie de l'Ecole nationale d'ingénieurs de Sfax et un master en études approfondies à l'Institut national des sciences appliquées de Lyon. Il est également détenteur d'un master en management obtenu à Paris.

Après la révolution, il a rejoint le parti «Ettakatol démocratique pour le travail et les libertés» et conduit la campagne électorale du parti en 2011. Il a été élu président du conseil national du parti lors de son troisième congrès en 2017. Après les élections législatives de 2011, Elyes Fakhfakh a été désigné ministre du Tourisme au gouvernement Hamadi Jebali, puis ministre des Finances en décembre 2012.

C'était en effet le jour J au Palais présidentiel de Carthage, conformément au délai constitutionnel qui a expiré hier, lundi.

Plutôt dans la journée, Kaïs Saïed a continué ses concertations portant sur la formation du gouvernement, en recevant le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail, Noureddine Taboubi et le président de l'Assemblée des représentants du peuple, Rached Ghannouchi. Même si la présidence de la République a annoncé que ces entretiens ont porté sur la célébration du 74e anniversaire de la création de la centrale syndicale et les futurs projets de loi de l'Assemblée, il était clair qu'ils ont été principalement axés sur le choix du nouveau chef du gouvernement.

A la suite du rejet du gouvernement Habib Jemli par l'Assemblée des représentants du peuple, le président Kaïs Saïed a adressé, rappelons-le, 38 correspondances aux partis, coalitions et groupes parlementaires, les invitant à proposer, par écrit, la personnalité jugée la plus apte à former le gouvernement, et ce avant le 16 janvier.

Conformément à l'article 89 de la Constitution, les partis et coalitions parlementaires ont proposé au chef de l'Etat une vingtaine de candidatures, dont des noms sollicités par plus d'un parti, à l'instar de Hakim Ben Hammouda et Fadhel Abdelkéfi, Elyes Fakhfakh et Ridha Ben Mosbah. Ces derniers ont d'ailleurs été reçus, samedi, par le chef de l'Etat au Palais de Carthage.

Jemli avait été chargé par le mouvement Ennahdha, parti vainqueur des législatives d'octobre 2019, pour former le prochain gouvernement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.