Afrique: L'Angola disponible pour la mise en place d'une alliance Afrique-Europe

Luanda — L'Angola est disponible pour construire une alliance stratégique Afrique-Europe qui contribue à l'égalité des opportunités, a déclaré lundi, à Luanda, la deuxième vice-présidente de l'Assemblée nationale, Suzana de Melo.

La député s'exprimait lors de l'ouverture du séminaire d'audition parlementaire conjoint entre l'Union européenne (UE) et l'Angola, dans le cadre de l'accord de Cotonou, Afrique-Caraïbes et Pacifique (ACP).

L'accord commercial, qui expire en mars de cette année, a été signé en 2000 pour réglementer les relations ACP-UE. Il couvre les 28 États membres de l'Union européenne et 79 pays ACP, succédant à la Convention de Lomé.

Suzana de Melo a déclaré qu'elle espérait qu'avec la fin de cet accord, l'Union européenne continuerait de travailler pour un accord plus substantiel, adapté à l'Afrique, aux Caraïbes et au Pacifique.

Selon la députée, le futur accord ACP-UE devrait couvrir des domaines prioritaires tels que la démocratie, la paix et la sécurité, les migrations et la mobilité, l'éradication de la pauvreté, le changement climatique, les droits de l'homme, la croissance économique et l'investissement.

Promotion de la législation politique

D'autre part, elle a souligné l'engagement de l'Angola à promouvoir la législation politique et les actions connexes, ainsi qu'à renforcer la résilience et la capacité d'adapter des politiques publiques durables.

L'UE et les ACP se sont rencontrés au Tchad en 2019 pour faire le point sur les discussions et conclure le deuxième cycle de négociations dans le cadre d'un nouveau partenariat entre ces organisations après 2020.

Renforcement des capacités

Cependant, Joxean Fernandes, spécialiste international en développement auprès de l'Union européenne, a exprimé la nécessité de renforcer les parlements des pays africains de langue officielle portugaise (PALOP) et du Timor oriental, afin de surveiller de manière adéquate les mécanismes de dialogue de leurs politiques publiques.

Il a précisé qu'à l'heure actuelle, le monde a des défis d'une grande complexité dont l'approche nécessite une plus grande intelligence collective.

Joxean Fernandes a déclaré qu'il était nécessaire d'avoir une plus grande capacité à répondre aux grands défis mondiaux tels que le changement climatique, la migration, l'impact de la combinaison des technologies sur la vie des citoyens, la réalité virtuelle et l'intelligence artificielle.

Avec cet événement, l'Angola met fin au cycle de séminaires organisés en 2019 dans les pays qui intègrent les PALOP et le Timor oriental.

Réunion des PALOP et du Timor oriental

À son tour, la députée Ruth Mendes a souligné que le but de cette audition était d'analyser les modèles de coopération entre les pays africains lusophones, le Timor oriental et l'Union européenne.

Elle a également informé que l'Angola accueillerait, les 30 et 31 janvier, une réunion des PALOP et Timor oriental, qui se tiendra dans la capitale du pays, Luanda.

Elle a ajouté que l'événement réunirait des délégations des Parlements, des Cours des comptes, des Finances et des bureaux des ordonnateurs nationaux.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.