Angola: Les locataires des HLM en dette pourront être délogés

Luanda — Prélèvement sur le salaire depuis la banque, recours à la justice ou délogement, telles sont les mesures que le gouvernement angolais s'apprête à prendre à l'égard des locataires couverts de dettes et vivant dans les habitations à loyer modéré (HLM) de nouvelles cités-dortoirs construites par l'Etat.

Selon le secrétaire à l'Habitat, Joaquim Silvestre, près de 50 pourcent des locataires qui occupent les 20 mille logements des nouvelles cités-dortoirs, inscrits sous le régime de crédit, « ne s'acquittent pas de leur devoir ».

Se confiant mardi à la presse, à Luanda, à l'occasion de la présentation du Portal de candidatures à l'inscription à la nouvelle cité-dortoir baptisée « Zango 5 », il a dit que le secteur de l'Habitat allait travailler avec le ministère des Finances pour faire des retenues sur les salaires des débiteurs.

Les locataires qui continuent à ne pas payer le loyer pourront même être délogés, conformément aux procédures légales, a-t-il ajouté.

Quant à la cession, l'administrateur du Fonds d'habitation, Adilson Souza, a qualifié cela d'illégal, soulignant qu'un acte pareil ne peut être compris que si le propriétaire s'acquittait d'abord complètement de ses obligations, soit s'il ne devait rien à l'Etat.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.