Congo-Kinshasa: Prisons - La FBCP insiste sur la situation précaire des détenus

L'ONG contredit, de ce fait, les propos tenus par le vice-Premier ministre, ministre de la Justice et Garde des sceaux, qui tiennent pour des rumeurs les affirmations sur des décès enregistrés dans ces institutions carcérales du pays.

Dans son communiqué du 21 janvier, la Fondation Bill-Clinton pour la paix (FBCP) note que la situation des prisonniers et détenus préventifs en RDC reste très précaire sur toute l'étendue du pays. Cette ONG, qui dit continuer à solliciter l'implication de la communauté internationale et les autres partenaires en vue de sauver ces vies humaines, persiste à soutenir qu'il y a des décès enregistrés dans ces maisons carcérales dont la prison centrale de Makala et la prison militaire de Ndolo à Kinshasa.

Une contradiction avec la version officielle

Malgré les affirmations du vice-Premier ministre, ministre de la Justice et Garde des sceaux, Tunda ya Kasende, qui indique que tous les dépôts des prisons de vivres, la FBCP, qui reproche à ce membre du gouvernement de ne pas tenir compte du « nombre de détenus envoyés en prison juste parce que les magistrats ont besoin d'argent des amendes », continue à soutenir que ces prisons et maisons d'arrêt enregistrent des décès tous les jours dus par le manque de nourriture dans les dépôts et des médicaments dans les centres médicaux. « C'était une communication pour la consommation politique. Parce que le grand dépôt de la prison centrale de Makala est occupé par les moribonds il y a de cela quatre jours sur la demande du bureau de la Monusco », a soutenu cette association. Maintenant, a-t-elle poursuivi, quel est ce dépôt rempli de vivres dont on nous parle ?

A en croire la FBCP, ce dépôt contient quand même plus de cent sacs de riz et de haricots. Mais, pour cette ONG, cette quantité serait insignifiante et ne tiendrait même pas pendant deux semaines pour les 8900 prisonniers dont 90 % ne sont que des prévenus. « Nous sommes très contents que le vice-Premier ministre lui-même a déclaré qu'il va descendre à la prison centrale de Makala et autres prisons... Nous lui demandons d'être accompagné par la presse nationale et internationale pour faire le constat », a souligné cette association. La FBCP exhorte également le vice-Premier ministre de cesser de proférer des menaces aux prisonniers et détenus qu'il accuse de faire circuler de fausses informations, « étant donné les faits et les images des moribonds » le témoignent.

Le vice-Premier ministre, ministre de la Justice et Garde des sceaux, en effet, a qualifié de « calomnie et désinformation » la « rumeur sur une dizaine de morts à la prison de Makala ». A l'issue d'une séance de travail sur les conditions carcérales en RDC organisée le 20 janvier par le Premier ministre Sylvestre Ilunga, à laquelle ont pris part notamment le vice-Premier ministre du Budget, le vice-ministre des Finances, le gouverneur de la Banque centrale et des experts du ministère de la Justice, Tunda ya Kasende pense que « ce qui se raconte sur la mort de plus de dix prisonniers à Makala est faux ». « Ce n'est pas du tout la vérité. Nous, nous sommes des responsables. Au tour du Premier ministre, nous sommes en train de suivre la question des prisonniers, que ce soit à Kinshasa ou à l'intérieur du pays », a-t-il rassuré.

Se fiant aux dires des directeurs de prisons interrogés, le vice-Premier ministre affirme que tous les stocks en vivres sont remplis. A l'en croire, les prisonniers ne manquent plus de rien en cette matière. «Du point de vue des conditions carcérales, de l'approvisionnement en nourriture, des soins médicaux, tout est maîtrisé. Il n'y a rien à craindre », a indiqué ce membre du gouvernement congolais, qui appelle le peuple congolais de manière générale à lutter contre des intoxications, de faux bruits et de la désinformation dont il est l'objet souvent de la part de quelques prisonniers politiques qui se trouvent actuellement à la prison centrale de Makala. Par ailleurs, les prisonniers auteurs de ces « informations » seront poursuivis et sanctionnés.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.