Burkina Faso: Loi de finances gestion 2020 - Les entreprises s'imprègnent des innovations fiscales

21 Janvier 2020

La Maison de l'entreprise du Burkina Faso a initié, le vendredi 17 janvier 2020 à Ouagadougou, une rencontre d'échanges avec les chefs d'entreprises sur les innovations fiscales contenues dans la loi de finances gestion 2020.

Le Centre d'information juridique des affaires de la Maison de l'entreprise du Burkina Faso (MEBF) débute ses activités de l'année avec la rencontre d'information sur les innovations et modifications fiscales de la loi de finances, gestion 2020.

Initié depuis une quinzaine d'années, ce cadre d'échanges s'est tenu le vendredi 17 janvier 2020 à Ouagadougou.

Selon le directeur général de la MEBF, cette rencontre répond à l'une des missions de son institution qui est de sensibiliser les chefs d'entreprises burkinabè à l'ensemble de la législation qui a un impact sur les affaires au Burkina Faso.

Il a expliqué que les entrepreneurs contribuent au développement du pays à travers le paiement des impôts et de ce fait, il est important pour eux de connaître les dispositions fiscales auxquelles ils s'exposent afin d'éviter des pénalités.

« Dans l'optique d'une optimisation des recettes fiscales, des mesures d'ajustements techniques de la loi 058 portant sur le Code général des impôts ont été proposées dans l'actuelle loi de finances.

Elles visent, d'une part, l'amélioration, la lisibilité et l'applicabilité de certaines dispositions. D'autre part, il s'agit d'accompagner la modernisation de l'administration fiscale », a laissé entendre le directeur général de la MEBF.

Le représentant du directeur général des impôts, Moctar Yankiné a fait savoir que dans la loi de finances gestion 2020, plusieurs innovations ont été introduites afin d'améliorer le rendement des impôts. « Il y a eu des ajustements techniques pour permettre aux contribuables de mieux comprendre le dispositif fiscal mis en place.

Nous avons établi des mesures de faveur à l'endroit des populations à faibles revenus sur la mutation des immeubles », a confié Moctar Yankiné. Il a ajouté que des mesures ont été prises afin d'éviter au secteur des transports la taxe sur la valeur ajoutée si ce n'est que par option.

Il a salué la tenue de cette rencontre qui offre une occasion aux opérateurs économiques et aux usagers de l'administration fiscale de comprendre le dispositif fiscal et d'éviter les écueils dans leurs affaires.

« Plus ils comprennent le dispositif, mieux ils effectuent leurs obligations fiscales et le pays entier gagne par le versement conséquent de recettes pour permettre le développement », a soutenu le représentant du directeur général des impôts.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.