Angola: L'Eglise Universelle pourrait fermer ses portes au pays

Luanda — Si les accusations faites par les évêques et pasteurs angolais contre l?Eglise Universelle du Royaume de Dieu (IURD) se confirmaient, cette institution religieuse pourrait fermer ses portes en Angola.

C'est ce qu'a fait savoir mardi à Luanda le directeur de l'Institut national des Affaires religieuses (INAR), Francisco Castro Maria, au sortir d'une réunion de la Commission interministérielle de suivi des affaires religieuses.

La réunion s'est penchée sur la situation de l'IURD et le processus de légalisation des églises en Angola.

Le 28 Novembre 2019, un groupe d'évêques et de pasteurs angolais au service de l'IURD (sigle en portugais) avait annoncé, à travers des lettres adressées à la Police Nationale, la rupture avec l'évêque Edir Macedo, leader de cette Eglise d'origine brésilienne opérant en Angola.

Les plaignants dénonçaient des pratiques doctrinales « contraires » à la religion, telles que la pratique de la vasectomie ou la castration chimique auxquelles s'ajoute l'évasion de devises vers l'étranger.

En contrepartie, réagissant à ces accusations, le leader de l'IURD a dit qu'il s'agissait d'un « réseau de mensonges monté par des ex-pasteurs excommuniés pour détournement de la morale, de la conduite, et voire des pratiques criminelles, dans le but de satisfaire leur avidité ».

Selon le directeur de l'INAR, bien que le Ministère de la Culture n'ait pris jusqu'ici aucune mesure sur ce « scandale », en cas de confirmation des accusations faites contre l'Eglise Universelle du Royaume de Dieu, la Loi 12/19 du 14 mai, relative à la Liberté de la Religion, dans son article 48, stipule la suspension, la révocation de la reconnaissance et la dissolution de l'église, en cas de nécessité d'appliquer cette dernière mesure, en fonction de la gravité des actes criminels qui auraient été commis.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.