Afrique: Changement climatique - Transformer l'agriculture africaine pour l'adapter aux dérèglements du climat

20 Janvier 2020

Les systèmes agricoles du continent africain sont en proie à une crise climatique, selon une analyse de la Banque mondiale. Sécheresses dévastatrices en Afrique australe et de l'Ouest, cyclones et inondations à l'Est sont, entre autres crises climatiques, qui frappent de plein fouet les cultures et l'élevage, mettant en péril la sécurité alimentaire de millions d'habitants.

Depuis 2017, la sous-nutrition chronique touche 237 millions de personnes en Afrique subsaharienne, avec pour conséquence la mise en péril des avancées obtenues au cours des années précédentes.

Le message qui ressort des échanges, est qu'il faut de toute urgence transformer l'agriculture africaine pour l'adapter aux dérèglements du climat.

A en croire la Banque mondiale, il est indispensable de combler l'écart entre le niveau actuel de production et la demande alimentaire de demain. L'enjeu étant de faire en sorte que cette progression soit obtenue de manière durable. Mais comment faire concrètement ?

Il s'agit donc d'aller du développement et de la promotion de techniques climato-intelligentes à l'amélioration de la formation de la main-d'œuvre, en passant par l'adoption de bonnes politiques de soutien.

Ces axes d'action s'imposent aux yeux d'un nombre toujours plus grand de pays africains comme autant de mesures qui contribueront à véritablement changer la donne et faire la différence. Autant d'améliorations essentielles qui permettront de jeter les bases d'un système alimentaire en mesure de mieux nourrir et soutenir l'Afrique.

Il s'agira donc selon l'institution financière internationale, premièrement, d'enclencher la transformation de l'agriculture africaine en recourant à des technologies numériques et disruptives (Qui perturbe, casse, rompt avec l'existant.).

Deuxièmement, pour faciliter la transition vers un système alimentaire adapté au climat, les pouvoirs publics doivent mettre en place des politiques qui favorisent la transformation agricole au lieu de l'entraver.

À cet égard, le problème des subventions suscite de plus en plus d'attention, y compris au sein de la Banque mondiale. À l'échelle mondiale, les dépenses publiques consacrées aux subventions agricoles s'élèvent chaque année à 600 milliards de dollars soit plus de 330 000 milliards Fcfa..

Or, une grande partie de ces aides sont génératrices de distorsions et ne sont pas de nature à encourager le passage à une agriculture adaptée aux enjeux du changement climatique.

Enfin, la transformation agricole nécessite des professionnels dédiés et dotés des connaissances et des compétences adéquates. Alors même que l'agriculture contribue à 32 % du Pib africain. Et 2 % seulement des étudiants du continent se spécialisent dans cette filière. Pourtant l'Afrique est riche de ses terres et forêts.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.