Congo-Brazzaville: Innovation - Les jeunes impliqués dans l'amélioration de l'emploi et de l'éducation

Les jeunes innovateurs, âgés de 14 à 24 ans, sont appelés à concevoir des solutions afin d'améliorer les deux secteurs tout en prônant l'engagement civique à travers le projet de l'Organisation des Nations unies pour l'enfance (Unicef) au Congo dénommé « Youth challenge ».

Les dossiers, pour ce concours d'innovation, sont à déposer au plus tard le 10 février 2020. Plusieurs jeunes, en effet, ont de brillantes idées dans la conception des projets visant à améliorer l'éducation, l'emploi et l'engagement civique. Seulement, les ressources pour les concrétiser leur font défaut. A travers le « Youth challenge », l'Unicef-Congo permet donc à ces jeunes de réaliser leurs projets innovants et participer ainsi au processus de développement. Ce challenge inclut les jeunes réfugiés et ceux qui font face aux discriminations en raison notamment de leur sexe, leur handicap... « La priorité sera donnée aux jeunes venant des milieux défavorisés », précise le communiqué de l'Unicef.

Le projet vise à promouvoir les expériences de la scolarité formelle qui donnent des compétences dont les jeunes ont besoin pour être productifs et pour leur future employabilité. Il s'agit aussi de donner aux jeunes, en dehors de l'école formelle, des opportunités pour la formation et le développement des compétences en augmentant le nombre d'opportunité de travail de qualité pour les jeunes.

Ce projet salutaire de l'Unicef va dans le sens de l'action des pouvoirs publics sur l'emploi des jeunes. « Au nombre des attentes somme toute légitimes, l'emploi des jeunes constitue l'une des exigences majeures qui ne peut être abordée en dehors l'employabilité, entendue comme leur conditionnement en de leur utilisation efficiente sur le marché de l'emploi », soulignait le président de la République, Denis Sassou N'Guesso, dans son tout dernier discours sur l'état de la nation. Les préoccupations des jeunes qui constituent plus de 60% de la population sont donc prises en considération au plus haut niveau de l'Etat et attendent des réponses pragmatiques.

L'ouverture, à Brazzaville, de deux centres d'éducation, de formation et d'apprentissage, Cefa en sigle, est l'une des réponses appropriées aux difficultés des employeurs à trouver, sur le marché du travail, une main d'œuvre qualifiée dans les métiers du froid et du bâtiment, a rappelé le président de la République à la même occasion. Quatre autres structures analogues, qui ont été implantées à Pointe-Noire et Dolisie, sont dédiées à la maintenance industrielle, la mécanique automobile et aux métiers ruraux. La mise en relief de la formation qualifiante devra désormais renforcer le socle d'une professionnalisation effective de notre système éducatif.

Cette compétition de jeunes sur de projets innovants, « Youth challenge », initiée par l'Unicef-Congo, est donc une manière pour la structure onusienne de contribuer à la résolution des problèmes auxquels ces derniers sont confrontés en priorisant ceux qui viennent des familles défavorisées.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.