Burkina Faso: Attaques terroristes au Centre-Nord - Lundi noir à Barsalogho

Malgré les opérations de sécurisation de la région du Centre-Nord par les forces de défense et de sécurité, les groupes armés terroristes continuent de semer la terreur dans les communes de Pensa, de Pissila et de Barsalogho.

Les dernières attaques, perpétrées dans la soirée du lundi 20 janvier 2020 à Nagraogo et à Alamou, deux villages de la commune de Barsalogho, ont fait 36 morts et causé de nombreux dégâts matériels selon les autorités locales. D'autres sources indiquent plus d'une cinquantaine de victimes.

C'est l'une des attaques terroristes les plus meurtrières que la région du Centre-Nord ait subies. Selon les informations, les assaillants, juchés en binôme sur une quarantaine de motos grosses cylindrées, ont fait irruption dans l'après-midi du lundi 20 janvier dernier dans le marché de Nagraogo, village de Barsalogho situé sur l'axe-Barsalogho-Dablo à une quinzaine de kilomètres du chef-lieu de la commune.

Lourdement armés, ils ont perpétré un carnage et incendié le marché, qui grouillait toujours de monde. Selon les autorités locales du Centre-Nord, cette attaque, des plus lâches et des plus barbares a occasionné la mort de 32 personnes.

Les autorités indiquent que les forces du Mal ont, dans leur repli, assassinés 4 autres civils et blessé 3 personnes à Alamou, une localité de la commune située à 7 kilomètres du centre-ville. D'autres sources dans la commune de Barsalogho indiquent qu'une cinquantaine de civils ont été assassinés par les forces du Mal lors de ces attaques terroristes du lundi 20 janvier.

Plusieurs corps des victimes ont été transférés à l'aide de tricycles par les populations dans la journée du mercredi 22 janvier à Barsalogho-centre pour inhumation.

«C'est la consternation et l'émoi dans la ville de Barsalogho qui enregistre de nouveau une arrivée massive de déplacés internes des villages qui étaient jusque-là épargnés par les attaques terroristes», a déclaré un habitant de la commune joint au téléphone dans la soirée du mercredi.

Avant ces dernières attaques terroristes, la commune de Barsalogho accueillait plus de 50 000 personnes déplacées internes qui provenaient d'une trentaine de villages de la commune et de certaines localités de Dablo, de Pissila, d'Arbinda et de Tongomaël.

Pour mémoire, le Centre-Nord a subi sa première attaque terroriste meurtrière le 1er janvier 2019 avec l'assassinat du chef coutumier de Yirgou, village de Barsalogho, et de 5 membres de sa famille.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.