Sénégal: Affaire de la cité Tobago, réserve foncière de l'aéroport Léopold Sédar Senghor - Yoff rappelle à Macky sa promesse

22 Janvier 2020

La communauté Lébou de Yoff qui dénonce des irrégularités dans les attributions à des ayant droit, dans l'affaire de la cité Tobago, fustigent l'attitude de certaines personnes tapis dans l'ombre qu'elle soupçonne de vouloir manipuler la liste des sinistrés en y insérant des non ayant droit.

Face à la presse avant-hier, lundi 20 janvier, au siège de Apecsy, les chefs coutumiers de Yoff, regroupés dans le collectif Freys Yoff (sorte de gouvernement élu pour veiller à la bonne marche de la localité) rappelle que plus de 2 ans après la promesse du président Macky Sall, de les recaser au cours d'une audience au palais, le 24 juillet 2017, les victimes de la démolition de la cité Tobago attendent toujours avec impatience leur recasement.

Moustapha Guèye, secrétaire général du Conseil des notables de Yoff et des Freys Yoff déclare : «notre seul combat est et reste le rétablissement des sinistrés dans leur droit.

Après l'annonce du président Macky Sall, nous avons tenu une réunion avec l'association des sinistrés, sanctionnée par un procès-verbal et l'élaboration d'une liste des sinistrés devant être rétablis dans leur droit.

A notre grande surprise, jusqu'à maintenant, ni ce procès-verbal, ni la liste n'ont été respectés. Et c'est après qu'on s'est rendu compte qu'il y a eu des malversations».

Il accuse ainsi, sans citer de nom, des personnes qui ont signé ce procès-verbal au nom l'association des sinistrés.

«Des cagoulards ont tout chamboulé pour s'accaparer de plus de 50% de ces terres, en fabriquant une liste fictive élargie avec les noms de leurs fils, de leurs femmes et parfois même de personnes n'ayant aucune connaissance de la cité Tobago.»

Abordant dans le même sens, Abdou Aziz Gningue, mandataire des sinistrés a d'abord déploré cette manœuvre de ces personnes qu'il qualifie «d'odieuse», avant de signifier leur refus catégorique de laisser prospérer cette forfaiture.

«Nous ne reconnaissons plus ces personnes; nous n'accepterons plus qu'elles parlent et agissent au nom des sinistrés», avertit-il.

En attendant la fin de ce différend, la Direction de la surveillance et du contrôle de l'occupation du sol (DSCOS) s'est saisie de l'affaire et a convoqué le président des Freys Yoff ainsi que le mandataire des sinistrés, Abdou Aziz Gningue, pour faire émerger la vérité dans cette «nébuleuse».

Pendant ce temps, Moustapha Guèye, secrétaire général des Freys Yoof, en appelle à l'arbitrage du président Macky Sall car, poursuit-il, ils ne veulent pas faire dans la violence. D'ailleurs une enquête judiciaire est ouverte et suit son cours pour tirer au clair cette affaire.

Ces chefs coutumiers de Yoff ont également évoqué la situation de la réserve foncière de l'aéroport militaire Léopold Sédar Senghor. Selon eux, ces terres sont vendues à des privés, des personnes étrangères, au détriment de la communauté Lébou.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.