Maroc: Dans son intervention lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale à la Chambre des conseillers

Saâd Dine El Otmani : La corruption est un obstacle au développement et à la stabilité

Le chef du gouvernement Saâd Dine El Otmani a indiqué, mardi à Rabat, que l'aboutissement des efforts de lutte contre la corruption est de nature à stimuler la dynamique du développement et à contribuer à l'amélioration du climat d'investissement.

Répondant à une question centrale sur «La stratégie nationale de lutte contre la corruption», lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale à la Chambre des conseillers, il a affirmé que «la réussite des efforts de lutte contre la corruption contribue à la réalisation du développement escompté, à l'amélioration du climat d'investissement et des affaires ainsi que du niveau de vie des citoyens, ce qui requiert une vision unifiée impliquant tout le monde».

Il a dans ce contexte mis en avant l'engagement volontariste de l'Exécutif dans la lutte contre la corruption au regard des méfaits sur la société en tant qu'un des principaux obstacles au développement et à la stabilité de tout pays, exprimant la disposition du gouvernement à œuvrer pour endiguer ce phénomène sous toutes ses formes.

Le combat contre un tel phénomène doit se faire loin de toute exagération ou généralisation, a-t-il relevé, faisant remarquer que le Royaume, ayant pris conscience tôt des dangers de la corruption à tous les niveaux, s'est engagé résolument à lutter contre ce phénomène et a placé cette bataille au cœur de ses préoccupations.

A ce propos, il a rappelé la promulgation de la convention de l'ONU sur la lutte contre la corruption en 2007 et de la convention arabe sur la corruption, la consécration d'un titre de la Constitution de 2011 à la bonne gouvernance et la création d'institutions constitutionnelles à cet effet.

Saâd El Otmani a d'autre part évoqué la stratégie nationale de lutte contre la corruption adoptée pour la période 2016-2025 selon une démarche participative et inclusive, grâce notamment à la mise en place d'une commission nationale largement représentative afin d'en assurer la mise en œuvre, ajoutant que cette stratégie est «essentielle pour la consolidation de la confiance des citoyens à l'égard des institutions en luttant concrètement et en permanence contre la corruption».

Il a, aussi, affirmé l'engagement du gouvernement à consolider le dispositif de probité dans la perspective notamment d'améliorer le classement du Maroc dans l'indice international de perception de la corruption, à veiller à la mise en œuvre optimale de la stratégie nationale, à ancrer le système de valeurs des Marocains sur la base d'un référentiel religieux et nationaliste en termes de liberté, de probité, de bonne gestion et de préservation des deniers publics et à instaurer un mécanisme assurant l'interaction rapide avec les plaintes des citoyens.

S'agissant du bilan de la mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre la corruption, le chef du gouvernement a évoqué l'amélioration des services à travers la mise à niveau des structures d'accueil dans les administrations publiques, la simplification des prestations et le lancement du portail électronique dédié aux plaintes, la poursuite de la numérisation des services administratifs et le renforcement des services en ligne destinés aux usagers.

Il a en outre mis l'accent sur les programmes destinés à la lutte contre la corruption, notamment ceux visant à instaurer la transparence et l'accès à l'information, à promouvoir la déontologie et à assurer le contrôle, la reddition des comptes, l'engagement de poursuites et la répression.

Saâd Dine El Otmani a salué, dans ce sens, les acquis accumulés par le Royaume en la matière comme en témoignent plusieurs indices positifs, tout en appelant à persévérer dans ce chantier national collectif et ouvert, dont le succès est tributaire de l'engagement de tout le monde.

L'essentiel des réponses du chef du gouvernement

Voici l'essentiel des réponses du chef du gouvernement lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale, mardi, devant la Chambre des conseillers:

* Stratégie nationale de lutte contre la corruption:

- L'aboutissement des efforts de lutte contre la corruption permettra de stimuler la dynamique du développement, d'améliorer le climat des affaires et d'investissement ainsi que le niveau de vie des citoyens. Une telle action de lutte nécessite immanquablement une vision unifiée qui implique tout le monde.

- Engagement volontariste de l'Exécutif dans la lutte anti-corruption au regard de ses méfaits sur la société en tant que l'un des principaux obstacles au développement et à la stabilité de tout pays.

- Appel à poursuivre le processus de lutte contre ce fléau comme étant un chantier national collectif dont le succès demeure tributaire d'une implication résolue de tous les acteurs.

* Politique générale du gouvernement en matière de protection de la femme, de la famille et de l'enfance:

- Nécessité de poursuivre les efforts pour réaliser de meilleurs résultats, en adoptant de nouvelles approches et des politiques intégrées et en améliorant le système de protection sociale.

- Le gouvernement s'est engagé à réunir les garanties en matière de protection de la famille et de l'enfance par la mobilisation d'acteurs œuvrant dans ce domaine et à explorer les moyens de relever les défis qui s'imposent.

- L'Exécutif œuvre pour l'intégration de la dimension familiale dans les politiques publiques et la mise en œuvre d'une nouvelle génération de services pour accompagner les familles et les aider à préserver leur stabilité et jouer pleinement leur rôle de socialisation. Lesquelles prestations reposent sur des programmes d'appui qui offrent un soutien moral aux familles.

- Focaliser les actions sur la médiation familiale dans le but de réduire la dislocation familiale et d'adopter des moyens alternatifs pour gérer les conflits.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.