Angola: La sécheresse tue plus de cinq mille bovins à Huíla

Lubango — 5 654 têtes de bétail sont mortes en 2019, dans la province de Huíla, des suites de maladies causées par la grave sécheresse qui a touché les municipalités de Gambos, Chibia, Matala, Jamba, Lubango et Quipungo, révèle un rapport du bureau provincial de l'agriculture, élevage et pêche.

Le document, auquel l'Angop a eu accès mercredi, indique également que 576 000 têtes risquent de mourir car elles sont affaiblies par la sécheresse.

La plupart des animaux morts dans la province de Huila en 2019 proviennent des provinces voisines de Cunene et de Namibe (nord d'Angola), d'où leurs éleveurs ont migré à la recherche de pâturages pour le bétail.

Selon le rapport, bien que les pluies tombent avec une certaine régularité, Huíla a toujours une grande concentration d'animaux de Cunene et de Namibe, ce qui préoccupe le Service vétérinaire qui devrait réaliser des campagnes de vaccination préventive.

Pour contrer la situation, selon l'étude, le gouvernement a mis en œuvre des projets qui ont permis le forage et la réhabilitation de 18 puits d'eau dans la municipalité de Gambos, en mettant l'accent sur les zones et les voies de transhumance dans la vallée de Chimbolelo, équipées de fontaines pour le bétail.

Dans la ville de Taca (Gambos), une résidence et une pharmacie vétérinaire ont été construites pour assurer un plus grand soutien aux communautés qui se rendent dans cet endroit pour nourrir leur bétail.

La province de Huíla a plus de trois millions de têtes de bétail.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.