Burkina Faso: Civils formés par l'armée - «Une manière d'encadrer les groupes d'autodéfense»

Le Parlement burkinabé a adopté à l'unanimité une loi permettant le recrutement de volontaires pour lutter contre les groupes jihadistes, dont les actions sont de plus en plus meurtrières.

Le Burkina Faso, qui fut autrefois un îlot de calme relatif au Sahel, est le théâtre d'attaques menées par des groupes liés à al-Qaïda et au groupe État islamique (EI). L'analyse de Jean-Hervé Jezequel, directeur du projet Sahel à l'International Crisis Group (ICG).

« Ce n'est pas un appel à la constitution de milices mais plutôt une mise en forme de ce qui existe déjà. Il y a déjà, depuis plusieurs années, des gens qui ont pris les armes, des civils qui se sont équipés. »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.