Tunisie: Le premier hackathon national Open Data se tiendra, du 24 au 26 janvier 2020 à Hammamet

22 Janvier 2020

L'unité de l'Administration Electronique relevant du ministère de la fonction publique, de la modernisation de l'administration et des politiques publiques organise, du 24 au 26 janvier courant à Hammamet, son premier hackathon national » OpenGovDataHack2020 « , en partenariat avec la Banque Mondiale.

» L'objectif de ce hackathon est de développer des solutions digitales innovantes (applications web et mobiles) en s'appuyant sur l'exploitation et la réutilisation des données publiques ouvertes de la Caisse Nationale d'Assurance Maladie (CNAM) et des ministères du Transport et de la Culture « , a indiqué, Khaled Sellami, DG de l'unité de l'administration électronique.Intervenant lors d'un point de presse tenu, mercredi, à Tunis, le responsable a ajouté que les » 39 équipes, représentant 173 participants, principalement, des jeunes parmi des développeurs, des datas scientists, des graphistes, des juristes et autres profils issus de toutes les régions de la République, seront associés avec des représentants des ministères concernés pour relever ce défi en 48 h chrono « .

Et d'ajouter que les équipes auront la possibilité de développer soit des solutions destinées à l'usage interne des structures publiques, soit des produits et des services innovants au profit des citoyens ou la société civile dans son ensemble.Seulement cinq projets seront retenus et les lauréats se verront décerner des prix, a-t-il encore souligné, ajoutant que les trois équipes, dont le projet répond aux attentes des organismes publics, bénéficieront d'un accompagnement à l'issue de ce hackathon.

» Ils pourront, ainsi, bénéficier d'un contrat avec la Banque Mondiale pour le développement de leurs projets « , a-t-il fait savoir, soulignant le rôle important de l'ouverture des données dans la création d'une dynamique économique.» Des centaines d'entreprises ont vu le jour dans les pays développés grâce à l'exploitation et la réutilisation des données publiques « , a-t-il encore fait savoir.Montasser Hassani, DG chargé du développement administratif, des systèmes d'information et du transport intelligent au ministère du Transport, a, pour s part, indiqué que les projets développés dans le cadre de ce hackathon, permettront d'apporter une solution aux problématiques relatives, notamment, aux retards enregistrés sur les vols de Tunisair et aux accidents liés au transport rural.

Ils permettront aussi, d'après lui, de mieux gérer le trafic au niveau des croisements des lignes de chemins de fer et ainsi réduire le nombre d'accidents, ajoutant, que le secteur du transport dispose de 133 jeux de données exploitables et réutilisables.S'exprimant, à cette occasion, Moataz Chaouachi, consultant auprès de la Banque mondiale a estimé que la culture de » l'open data » n'est pas encore développée au sein de l'administration tunisienne, formulant l'espoir que ce hackathon puisse inciter les autres organismes publics à adopter cette approche.

Cette compétition s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du 2ème engagement du 3ème plan d'action national du partenariat pour un gouvernement ouvert et portant sur » l'instauration du cadre juridique et organisationnel facilitant l'ouverture des données publiques « .Un hackathon est un événement, lors duquel, des équipes composées surtout de développeurs, doivent développer un projet informatique (un logiciel, une plateforme ou une application), sur une période limitée et généralement courte (24h à 48h).

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.