Congo-Kinshasa: Protestations contre l'IPR - Jean Baudouin Mayo au four et moulin pour la signature d'un compromis avec les agents publics de l'Etat

Face à l'opposition des agents publics de l'Etat qui ont manifesté ces derniers jours pour dire non à l'application d'une retenue de 15% au titre d'Impôt professionnel sur les rémunérations (IPR), le Gouvernement s'est résolu de convoquer un forum en vue de trouver des solutions idoines devant remédier à ces protestations et menaces de grève.

Lancées mardi 21 janvier par le Vice-premier ministre du Budget, Jean Baudouin Mayo, ces assises qui se tiennent à Bibwa, dans la commune de la N'sele, réunissent les délégués des agents publics de l'Etat ainsi que la partie gouvernementale qui réfléchissent, tous, afin d'aboutir à la signature d'un protocole d'accord répondant aux préoccupations de deux parties.

Avant de donner le go de ce forum qui se tient pendant cinq jours, Mayo Mambeke a remercié les émissaires des agents et fonctionnaires de l'Etat, donc le banc syndical, pour leur présence qui traduit, par ailleurs, l'envie de concourir à une solution acceptable par tous. Aussi, a-t-il salué le Chef de l'Etat qui, a, proprio motu, instruit de la convocation de cet atelier résidentiel, lors de la réunion du Conseil des ministres tenue le 10 janvier dernier. Ce, dans l'objectif d'amener le Gouvernement et le banc syndical de l'administration publique à trouver une issue non seulement conforme à la loi mais aussi, qui garantisse la quiétude de deux protagonistes.

Dans cette foulée, Jean Baudouin Mayo a rappelé à ces délégués des agents de l'Etat le caractère légal de l'Impôt professionnel sur les rémunérations, avant de rassurer, en outre, de la volonté du Gouvernement à aboutir en une entente plausible et favorable.

En tant que responsable du secteur qui gère le personnel de l'Etat, Yollande Ebongo, ministre de la fonction publique, a précisé le fait que la RD. Congo, pays aux diverses richesses, ne mise pas seulement dans la mobilisation des ressources nationales sur les différentes matières premières mais aussi sur différents impôts et taxes, devant lui permettre de disposer des moyens d'intervenir dans divers secteurs de la vie nationale. « En ce qui concerne particulièrement la mobilisation des ressources par voie d'impôts et taxes divers, le pays dispose d'un arsenal juridique important en la matière... Il est donc question à travers ces négociations que nous puissions tous cerner l'impérieuse nécessité d'accomplir ce devoir civique, une exigence constitutionnelle et légale », a-t-elle déclaré.

Yollande Ebongo a, en même temps, souligné que le Gouvernement ne saurait atteindre la vision de favoriser l'amélioration des conditions de vie de la population si et seulement si les fonctionnaires et agents de l'Etat n'interviennent pas dans le paiement de l'IPR. « Qu'au nombre de débiteurs de l'IPR se trouve la masse laborieuse qui, si elle ne s'implique ou elle ne s'acquitte pas de cette obligation légale, votre Gouvernement ne saura disposer des moyens nécessaires pouvant lui permettre d'atteindre l'idéal dans l'amélioration constante des conditions de vie et de l'environnement du travail des agents publics de l'Etat », a renchéri la ministre de la fonction publique.

Des discussions sont jusque-là en cours, en attendant des conclusions et recommandations devant découler de cet atelier qui est déterminant pour le Gouvernement, censé mobiliser plus des recettes ; et les agents de l'Etat qui sont contre la retenue de 15% au titre de l'IPR.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.