Ile Maurice: Voyage en Europe - L'autorisation vous coûtera environ Rs 285

Depuis que cette mesure a été annoncée, les questions se multiplient. D'ici la fin de l'année 2021, les Mauriciens souhaitant se rendre dans l'espace Schengen ne pourront plus y accéder avec une simple lettre d'hébergement ou réservation d'hôtel. Ils devront faire une demande d'autorisation de voyage. Pourquoi ce changement ? Quels pays sont concernés ? Combien coûtera la demande ? Réponses.

Combien ça coûte ?

Selon le site de l'European Travel Information and Authorisation System (ETIAS), les frais qui seront liés à la demande d'autorisation seront de 7 euros, soit environ Rs 285 pour les adultes. En ce qui concerne les mineurs, ils en seront exemptés.

Qui est concerné ?

Il n'y a pas que Maurice qui soit concerné par ce changement. Soixante et un pays - à l'instar de l'Australie, du Canada, de la Nouvelle Zélande ou encore, des États-Unis - dont les ressortissants peuvent accéder à l'espace Schengen sans visa, sont concernés par cette mesure. Ce changement intervient à la suite de nombreuses attaques terroristes qui ont secoué l'Union européenne et ses voisins.

Pourquoi ce changement ?

«Nous devons savoir qui traverse nos frontières. De cette façon, nous saurons quelles sont les personnes qui voyagent vers l'Europe avant même qu'elles n'arrivent ici», avait déclaré Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, en 2016.

Selon un mél envoyé par Vincent Degert, chef de la délégation de l'Union européenne pour Maurice et les Seychelles, la décision de la mise en place de ce système a été approuvée par l'Union européenne le 5 juillet 2018.

Cette autorisation de voyage permettra de retracer le mouvement des voyageurs et savoir s'ils dépassent la limite de la durée de leur séjour. Le voyageur devra ainsi décliner les pays de l'espace Schengen qu'il souhaite visiter et devra impérativement entrer dans la zone à travers le pays qu'il a mentionné avant de bouger vers les autres pays.

Les informations requises

Lorsque le système sera en place, les voyageurs devront faire leur demande en ligne. Selon le site de l'ETIAS, remplir le formulaire prendra 10 minutes et la personne aura une réponse dès la soumission de sa demande. Mais ce délai peut s'étendre jusqu'à 72 heures.

Cependant, si les informations demandent vérification, le dossier sera traité manuellement et la réponse sera obtenue dans un délai qui varie de quatre jours à deux semaines. Le demandeur devra, en plus des informations générales, donner des détails sur les voyages qu'il a effectués dans des pays en guerre et son casier judiciaire. Si la demande est rejetée, le voyageur sera informé des raisons et il pour- ra modifier son application et la soumettre à nouveau.

La validité

Le document délivré par l'ETIAS a une validité de trois ans. Pendant cette période, le voyageur pourra rester dans l'espace Schengen pour des durées n'excédant pas 90 jours, comme c'est le cas actuellement. À la fin des trois ans, ou à l'expiration du passeport, une autre demande devra être faite.

Les pays concernés

Les pays de l'Union européenne : l'Autriche, la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas, l'Allemagne, la France, l'Espagne, le Portugal, la Suède, la Finlande, le Danemark, la Lituanie, la Lettonie, l'Estonie, la Pologne, la Slovaquie, l'Italie, la Grèce, la République Tchèque .Les pays hors de l'Union européenne : l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Suisse.Les pays de l'Union européenne où le document de l'ETIAS ne sera pas demandéLe Royaume-Uni (pour l'instant), l'Irlande, la Roumanie, la Bulgarie, la Croatie et Chypre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.