Congo-Kinshasa: Makala en danger, Batumona lance un cri d'alerte !

Le Centre hospitalier Ngondo Maria, dans la commune de Makala, dispose dorénavant de sa propre morgue, inaugurée, début janvier 2020. Son édification a connu la participation notamment, du Député provincial et natif de cette municipalité, Laurent Batumona, de Jean-Marie Ingele Ifoto, des officiels du coin ainsi que de plusieurs personnalités.

Cette œuvre sociale est, pourtant, confrontée à un quadruple défi de son enclavement, de la criminalité, du manque d'électricité et de la pauvreté aigue de sa population.

Le Centre hospitalier Ngondo Maria de Makala vient, en effet, de se doter d'une nouvelle morgue. Une initiative de la congrégation des Fils de l'Immaculée Conception dont le fonctionnement est rendue aléatoire, par la conjugaison de quatre facteurs qui menacent son existence même.

Selon le Député Provincial Laurent Batumona, cette unité de santé est victime de son enclavement. La quasi-totalité des voies d'accès y conduisant sont hors d'usage depuis de nombreuses années. L'impraticabilité des avenues Feshi, Elengesa et de la chaussée de Kimwenza, d'une part, et de l'avenue Bianda de l'autre, pénalisent les patients et le transfert des corps des malades décédés vers ou en provenance de la morgue.

Outre la réhabilitation de ces routes, un pont devrait être jeté sur Kokolo pour faciliter l'accès à l'avenue Shaba, ajoute-t-il.

La même source indique, par ailleurs, que les travaux d'aménagement de ces routes, entamés par la société Arab Construct sous la supervision de la Cellule infrastructures de l'Union européenne, avaient été suspendus en raison du non-décaissement d'un montant estimé à 500.000 USD (dont une quote-part serait prévue pour l'INRB). Le député Provincial Batumona appelle ici, à la reprise des travaux et sollicite l'implication des hommes et femmes de bonne volonté et soucieux du bien-être des congolais, pour créer une synergie devant permettre de sauver les populations de Makala.

Le centre hospitalier Ngondo Maria n'échappe pas, non plus, au danger permanent des bandes de jeunes criminels (Kulunas) qui menace, à la fois, son existence et la quiétude des malades. Ces derniers n'hésitent pas à opérer à ciel ouvert, en plein jour sous le regard impuissant et, apparemment, complice de la police.

La morgue, quant à elle, souffre de coupures fréquentes de la fourniture du courant électrique. Ce qui en fait une quadrature du cercle dans cette entité municipale parmi les plus pauvres de la capitale à telle enseigne que le Centre hospitalier qui accueille des patients démunis, fait face, par conséquent, à un déficit permanent qui grève, entre autres, l'approvisionnement de sa pharmacie.

A l'issue de la cérémonie inaugurale de cette morgue-là, quoiqu'enclavée, Laurent Batumona, selon des bribes d'informations glanées dans les milieux des populations de Makala, avait, tout de même, payé les frais d'hospitalisation en faveur de 47 malades retenus à l'hôpital, depuis de longs mois, faute de moyens.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.