Madagascar: Exploitation à grande échelle - Un moyen pour réduire l'exode rural dans la région du Menabe

Le ministre de tutelle, Lucien Ranarivelo, a évoqué le fait que nous pouvions tirer de nombreux avantages de la mise en œuvre de ce projet, mené avec des investisseurs arabes.

Le ministère de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche et la société émiratie, LLC Elite, vont procéder à une phase d'essai d'une exploitation agricole à grande échelle, soit sur une superficie de 60 000 ha, pour cette campagne de production, dans la région de Menabe.« Le premier objectif est d'atteindre l'autosuffisance alimentaire grâce à l'extension des surfaces cultivables. Mais à part cela, on peut tirer de nombreux avantages de ce partenariat avec ces investisseurs arabes. On peut citer, entre autres, le désenclavement de la zone d'implantation sur le site de Bas-Mangoky, étant donné que les infrastructures routières y font défaut. En outre, c'est un moyen pour réduire l'exode rural dans la région du Menabe », a soulevé le ministre de tutelle, Lucien Ranarivelo, lors d'une conférence de presse hier.

Obligation. Il a également évoqué que les deux parties ont chacun leur obligation inscrite dans le Mémorandum d'Entente signé. L'Etat malgache se charge de la délimitation du périmètre d'intervention du projet. Des études techniques et sociales sont, entre-temps, en cours afin d'anticiper les impacts du projet sur les communautés concernées. « Nous sommes conscients de l'existence des patrimoines, des lieux sacrés comme les sépultures auxquelles nous montrons beaucoup de respect, ainsi que de l'extension des aires de pâturages », a fait savoir le ministre de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche, Lucien Ranarivelo. En revanche, la société émiratie LLC Elite a pour obligation d'apporter son savoir-faire, des innovations technologiques conformes aux normes et le capital d'investissement. « A noter que cette société émiratie a fait ses preuves dans d'autres pays comme le Rwanda, l'Ethiopie ou le Mozambique dont les progrès économiques ne sont plus à prouver, notamment dans le secteur agricole », a-t-il enchaîné.

Retombées positives. Rappelons que l'Etat s'engage à aménager 100 000 ha de périmètres agricoles. « A part les 60 000 ha, un terrain de 5 000 ha sera également aménagé pour les jeunes et les exploitants nationaux à Bas-Mangoky, sans parler des zones d'émergence agricole à instaurer. Aucune propriété foncière appartenant aux nationaux ne sera touchée par ce projet », d'après toujours les explications du ministre de tutelle. Parmi les retombées économiques positives, on peut citer, entre autres, la création d'emplois locaux et le développement de l'entrepreneuriat rural. Ce projet d'investissement va également créer des dynamiques locales telles que la création d'entreprises, l'implantation des cliniques, des écoles, des compagnies d'assurances, des banques et agences de prêt, ainsi que le développement des marchés.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.