Cameroun: Batailles pré-électorales - Scène d'intimidations publiques contre les militants du Mcnc à Banka

23 Janvier 2020

Après Bernadette Djaleu, candidate de la liste du parti des flambeaux ardents, il est revenu à Hogmeni, un militant bien connu du parti au pouvoir, de froisser publiquement Joseph Nguessieuk, tête de liste du Mcnc pour l'élection municipale du 09 février prochain dans cette commune du Haut-Nkam.

«Au Cameroun, il y a la liberté d'expression et la reconnaissance légale de plusieurs partis politiques. Chacun ira voter le 09 février 2020. Dans l'isoloir, chacun fera le choix de son candidat en somme et conscience et librement. » Luc Ndongo, préfet du département du Haut-Nkam, en tournée de prise de contact à l'esplanade de la chefferie supérieure Banka, n'est pas passé par quatre chemins pour adresser ce rappel à l'ordre à Bernadette Djaleu, présidente de la section de l'Organisation des femmes du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Ofrdpc) dans la localité.

Un rappel à l'ordre apprécié par la foule des personnes mobilisées ce mardi 21 janvier 2020 à l'esplanade de la chefferie supérieure Banka. Car, quelques minutes avant, au moment où Joseph Nguessieuk, candidat tête de liste du Mouvement Citoyen National Camerounais(Mcnc), arrivait sur la place des fêtes en compagnie de ses lieutenants à l'instar de M. Yossa, il a été apostrophé par un certain Hogmeni, connu comme militant du Rdpc et proche de Jean Fabien Monkam, conseiller du secrétaire général du comité central du Rdpc. Suite à cette provocation orchestrée par ce militant du Rdpc qui a tiré et froissé l'écharpe du Mcnc qu'abhorrait Josep Nguessieuk, un échange peu courtois entre les deux hommes.

Joutes et manœuvres pré-électorales

Flegme, le candidat du Mcnc ne s'est pas livré à une scène de violence physique. Il s'est calmement dirigé dans l'une des tribunes aménagées pour accueillir les populations. Au moment où ce militant du Rdpc continuait à se mettre en spectacle devant le public, les forces de maintien de l'ordre se sont chargés de la neutraliser, question de permettre au chef supérieur du groupement Banka de tenir son allocution de bienvenu au préfet du département du Haut-Nkam.

Prenant la balle au rebond, l'autorité traditionnelle, a rappelé que toute formation politique légalisée a le droit de s'exprimer dans ce groupement, dans le respect de la légalité républicaine. Ce qui est également perçu comme un désaveu de l'acte posé quelques jours par Bernadette Djaleu, présidente locale de l'Ofrdpc et candidate à l'élection municipale.

En effet, en date du dimanche 19 janvier 2020, brandissant son titre traditionnel de reine, celle-ci, s'est opposée à ce que Joseph Nguessieuk communique et explique aux femmes du lieu-dit Eta à Banka comme sa liste a été réhabilitée par la chambre administrative de la cour suprême à Yaoundé en date du 15 janvier 2020. Devant témoins, la militante du Rdpc a non seulement bloqué l'entrée de la salle de cette association à M. Nguessieuk, mais, elle s'est permise de proférer des menaces et des propos injurieux à l'endroit de sa personne. Pour se défendre, les militants du Rdpc, à travers des interventions sur le canal d'une radio locale font savoir que le candidat du Mcnc est déjà en campagne électorale alors que les choses seront officiellement lancées le 25 janvier prochain. Ils ajoutent que celui-ci est arrivé en retard sur la place des fêtes de la chefferie Banka pour attirer l'attention des électeurs. Ce qui pour l'observateur est faux. Car ce même jour, Joseph Nguessieuk ont suivi la caravane du préfet du département du Hazut-Nkam dans les groupements Banfelouk et Banfeko, sans aucun incident ne se signale.

S'agirait-il alors d'une vente de panique qui souffle dans le Rdpc depuis la négation de ses prétentions relatives au rejet de la liste du Mcnc et la réhabilitation de cette liste par la chambre administrative de la cour suprême ?

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.