Gabon: Les réseaux sociaux et les apprenants - Leur impact sur l'éducation

23 Janvier 2020

Au Gabon comme partout ailleurs, l'avènement des réseaux sociaux ouvre une vague des débats. Appréciés à leur juste valeur par les uns, les réseaux sont pointés du doigt par les autres. Sur le plan scolaire, ces moyens de communications ont un impact sur certains apprenants, qui selon des pédagogues, s'éloignent de l'essentiel.

Les réseaux sociaux sont pour les apprenants ce que l'eau est pour le poisson, peut-on entendre souvent dire. Beaucoup d'entre eux, ont du mal à s'en passer. Comme toutes choses, ils ont des traits à la fois positifs et négatifs. Le constat est alarmant car, la jeunesse s'y prend mal s'agissant de l'utilisation de ces réseaux à savoir « Facebook », « Instagram », « Tweeter », « Whatsapp » pour ne citer que ceux-là.

Il est à noter que ces plates formes devenues incontournables pour certains jeunes, ont été créées dans le but de rester connectés à ses amis et communiquer partout dans le monde. C'est le monde devenu village planétaire. « Depuis que je passe du temps sur Facebook, je ne regarde plus trop le journal télévisé, car je suis informée de tout ce qui se passe à l'international comme ici au pays » explique Josée M., élève d'un lycée de Libreville.

Bien que leur utilisation relève des côtés positifs, il n'en demeure pas moins que le mauvais usage de ces derniers impacte à grande échelle la jeunesse sacrée. En effet, nombreux sont ces jeunes qui s'imprègnent négativement des réseaux sociaux. Pour la plupart faire le « buzz », s'inventer une vie, faire des rencontres amoureuses... Ces sites, estime une mère, transforment la plupart de nos enfants. Ils apprennent la violence à travers ces canaux et devient parfois des divorcés de la société, poursuit-elle.

Certains responsables d'établissements ont toujours exprimé leur opposition quant au port de téléphone en classe par les apprenants. « Les élèves passent leur temps sur YouTube pendant les heures de cours, ce qui augmente le taux d'échec scolaire » explique un enseignant. Il affirme par ailleurs que l'avènement des réseaux sociaux est un mal nécessaire. Il faut savoir en tirer profit pour ne pas se perdre dans les méandres du mal.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.