Sénégal: Lutte contre l'insécurité à Touba - La police sort les gros moyens

23 Janvier 2020

D'importants moyens ont été déployés par la Police nationale pour répondre à l'insécurité qui sévit présentement dans la ville de Touba. En conférence de presse hier, mercredi 22 janvier, le Commissaire de la de la cité, Bassirou Sarr, a annoncé le lancement, depuis lundi, d'une opération dénommée «Sam Sunu Karangué», laquelle a permis l'arrestation de 219 personnes, en 48 heures

La Police nationale a lancé, depuis lundi, une opération de sécurisation dans la ville de Touba. Dénommée «Sam Sunu Karangue», elle vise à répondre au banditisme noté ces dernières semaines dans la cité religieuse.

Le Commissaire du Commissariat spéciale de la ville, Bassirou Sarr, a fait face à la presse pour revenir sur le bilan de l'opération, 48 heures après son démarrage.

En effet, dit-il, 219 personnes ont été arrêtées au cours de cette période pour divers délits. Parmi eux, 162 individus ont été interpellés pour vérification d'identité, 5 autres pour détention et usage de chanvre indien, 23 pour ivresse publique manifeste et 8 pour vagabondage.

En outre ces arrestations concernent aussi 4 personnes poursuivies pour usage de produits cellulosique, 4 autres pour conduite sans permis.

Un cas de vol, 8 arrestations pour jeu de hasard sur la voie publique, 6 pour nécessité d'enquête. 419 pièces ont été saisies, 59 des véhicules ont été mis en fourrière ainsi que 16 motos, selon le commissaire de Touba.

D'importants moyens ont été engagés dans le cadre de la traque des malfaiteurs, indique-t-il. «Au titre des moyens, 186 agents ont été engagés. Il faut noter la présence des éléments de la Direction de la Police judiciaire (Dpj) et le Groupement mobile d'intervention (Gmi)».

Il ajoute, par ailleurs, que «pour les moyens roulant, 11 véhicules, 8 patrouilles dont une patrouille permanente au marché Ocass, 2 patrouilles à Mbacké et 6 patrouilles à Touba, 16 check points ont été érigés dans les villes pour un maillage complet».

Le porte-parole du Khalife général des Mourides, Serigne Bassirou Abdou Khadre, avait plaidé pour un renforcement du dispositif mis en place par la Police afin de mieux répondre aux défis sécuritaires causés par l'accroissement de la ville.

C'était lors de la visite du directeur de la Sécurité publique, Abdou Wahab Sall, en début de semaine. Pour rappel, des cas de meurtres et de cambriolages ont été signalés ces dernières semaines dans la ville.

La dame Khady Sèye, a été retrouvée morte poignardée chez-elle, au quartier Garage Darou. La défunte était âgée de 25 ans. Le 27 septembre dernier, deux enfants de même père, Serigne Mbacké Touré (4 ans) et Mame Daouda Touré (2 ans), ont été tués dans leur sommeil, à Darou Rahmane.

Le meurtrier court toujours. Les cambriolages y sont aussi monnaie courante. Des individus ont dévalisé une bijouterie, emportant avec eux 1,5 million de F CFA et des bijoux d'une valeur de 20 millions de F CFA.

En juin, une station d'essence a été attaquée par des hommes armés. Plusieurs millions ont été emportés. Ces cas cachent mal d'autres qui ont eu lieu au marché Ocass et dans des parties de la ville religieuse, capitale du Mouridisme.

BILAN 2019 DE LA POLICE

40 mille personnes interpellées dont 840 trafiquants 40 mille individus dont 840 trafiquants ont été interpellés, en 2019, selon le bilan annuel de la Police, établi par le Secrétaire général du ministère de l'Intérieur.

Des chiffres révélés avanthier mardi, 21 janvier, lors de la cérémonie de présentation de vœux au personnel dudit ministère présidée par l'autorité de tutelle, Aly Ngouille Ndiaye, rapporte Emedia.

Des efforts sont également notés du côté des sapeurs-pompiers qui ont effectué plus de 40 mille sorties, l'année dernière.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.